JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    V/O.R : Virtual or Occult Reality ? | Demande de Missionpar Matière et MouvementMar 23 Avr - 17:07
    Blinded by the lights [PV: Sawada Yahiru]par Yahiru SawadaLun 22 Avr - 6:12
    T.O.K.Y.O NOIRE ▬ Ringo & Yahirupar Yahiru SawadaLun 22 Avr - 4:51
    CEREMONIE ▬ LA CEREMONIE DU GIpar Ringo ShinjitsuDim 21 Avr - 19:42
    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMOpar Masaaki KamoDim 21 Avr - 17:53
    F. Progression Renzo Joupar Renzo JouDim 21 Avr - 14:26
    renzo jou || starboy (100%)par Temps et EspaceDim 21 Avr - 11:58
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Shuhei JouDim 21 Avr - 11:20
    CELEBRATION FLEAUX ▬ LES 64 HEXAGRAMMES DE LA GUERREpar Keisuke SakamotoSam 20 Avr - 23:55
    F. Progression Lewis Crownpar Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:27
    Lewis Crown. [ Terminée ]par Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:00
    Haunting shadows [PV: Tengen]par Tengen JouSam 20 Avr - 17:41
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementVen 19 Avr - 2:33
    Le Deal du moment :
    Tablette 11″ Xiaomi- Mi Pad 6 global version ...
    Voir le deal
    224.97 €

    Momoe Senatore
    Tenancière d'établissement
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    - Grande dame borgne de 2m08
    - Possède un fort accent italien
    - Ne porte généralement pas son cache-oeil, laissant apparaitre un "oeil" blanc à la place.
    "La pêche, ça s'ra dans la bière ou les dents ?"
    Messages :
    45
    Ryos :
    2550
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kanto
    Tenancière d'établissement
    Lun 11 Mar - 17:25





    Au Japon, on fait comme à la maison



    Tokyo, 2028.

    Bien, voilà que la "kuso-gaijin" s'était retrouvée bloquée dans son pays natal depuis quelques mois. Les mentalités avaient changé depuis son départ pour l'Italie, et ce que le Japon était devenu lui faisait grincer les dents. Voilà qu'on la traite comme une merde, une immonde étrangère qui vient envahir l'île. Elle est chez elle, putain ! Ces conventions sociales sont idiotes, pourquoi est-elle revenue, même ? Quelle sale idée que de vouloir ouvrir son propre business ici... Mais l'ex-mafieuse ne voulait ni suivre les traces de son père ni empiéter sur son territoire, alors quoi de mieux que de se lancer dans un autre pays ? Aucune concurrence possible avec sa famille, et un départ de zéro. Ce n'était peut-être pas la meilleure solution, l'optimisme de la jeune femme avait été trop grand, mais il est trop tard pour faire marche arrière. Faire venir un bateau ou un avion dans un pays aussi militarisé était une mission suicide, alors autant attendre la réouverture en se faisant de l’argent.

    Son business plan était simple : un bar. Un... bar ??? C'est quoi cette reconversion professionnelle ? Qui passe d'usurier maître de la production de cocaïne dans le nord de l'Italie à barman ???? Pas Momoe, nan. Dans un pays aussi strict que le Japon, se faire attraper avec un tout petit peu de consommation pouvait être synonyme d'aller direct derrière les barreaux ! Il fallait être précautionneuse, et se cacher derrière un autre business. Puis, tout le monde aime aller traîner au bar, surtout la grande amatrice de boisson que nous suivons actuellement ! L'Italienne avait ficelé son plan, et partait à la recherche d'un prêteur sur gages dans un quartier foireux de sa ville. Dépendre des autres n'était pas agréable, mais il fallait bien commencer quelque part !

    "Mon japonais est toujours aussi rouillé, je vais passer pour une idiote..."

    Ah oui, nous sommes il y a 7 ans, vous pensez bien que la hāfu a eu le temps de changer, depuis. Les efforts d'intégration à l'époque ont fini par s'en aller avec le temps passé ici... Momoe conservait sa grande taille et ses cheveux teints en blanc, mais son cache-œil était présent de manière permanente sur son visage, masquant ainsi sa différence. Évidemment qu'elle attirait le regard, mais la grande dame faisait tout son possible pour éviter ça.

    Une fois arrivée à destination, la négociatrice pousse la porte, prête à faire affaire. L'usurier qu'elle va rencontrer peut ainsi la voir, les bras croisés et le regard perçant, celui d'une femme qui souhaite atteindre son but, sans passer par huit chemins. L'immigrée avait cherché à se faire propre sur elle, pour inspirer la confiance. Qui irait prêter de l'argent à quelqu'un sapé comme un sac ? Sûre d'elle, et ne voulant pas passer pour quelqu'un qui se serait perdu, l'entrepreneuse prend la parole, baissant légèrement son buste pour saluer son interlocuteur.

    "Bonjour, je suis là pour vous faire une requête."
    Momoe Senatore
    https://www.jjk-rpg.com/t60-momoe-senatore-finito#140handn
    Temps et Espace
    Maître du Jeu
    Rang :
    S+++
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    — Le silence éternel de ces espaces infinis [...] ;
    — L'esprit préexiste à la matière. L'esprit habite chaque atome, chaque particule. L'esprit est la partition de l'Univers, la force immatérielle qui forge la réalité concrète. Il est... [...] ;
    — [...] serait donc approprié cette capacité à être, sans naissance et sans mort, et à demeurer, hors de l'espace et du temps ;

    Ce compte est le Maître du Jeu.
    Messages :
    102
    Ryos :
    144
    Fragments d'Emotions :
    0
    Maître du Jeu
    Sam 23 Mar - 14:02










    Kohaku Hayabusa


    En plus de manier la lame, il sait transformer les mille en millions.

    Locaux de la Hayabusa Motorcycle Facility, 14h22







    iiAustère est l'ambiance dans les locaux de la Hayabusa Motorcycle Facility. Je ne sais pas qui t'as mis sur le coup, pour trouver cet endroit, mais je ne penses pas que c'est à cela que tu t'attendais en arrivant. Chacun de ces types à l'air d'être un repris de justice, leurs têtes balafrées, marquées par la vie, donnait une toute autre ambiance à cette petite concession pour deux roues. Si tu es assez attentive pour remarquer qu'il manque un annulaire à certains d'entre eux, tu comprendras bien assez vite que tu ne te trouves pas dans un simple endroit.

    T'as été escortée, de manière plutôt grossière certes, mais ils t'ont emmenée jusqu'à l'endroit où tout se jouera : dans ce vestibule avec pour simple compagnie, une fontaine à eau sans gobelets pour s'en servir. Face à toi, il y a une porte, où tu peux clairement lire l'inscription "Money Maker" écrit en lettres dorées sur une petite pancarte accrochée dessus. Te voilà à attendre, seule, avec pour seule compagnie d'occasionnels cris de rage qui résonne de derrière la porte, ponctués d'insultes et d'autres drôleries.

    La porte s'ouvre en trombe, et voilà que face à toi apparaît un homme en costard, vêtu d'un cache oeil. Téléphone dans les mains, il ne relève même pas la tête pour te donner l'heure. Tout ce que tu peux entendre, c'est divers petit bruitages. Des pièces qui sont encaissées, des notifications et de temps en temps, tu peux l'apercevoir en train de tapoter frénétiquement sur son écran tactile. « C'est combien ? »

    Cette question t'es adressée sans équivoque, il ne t'invite même pas à t'asseoir ni même t'offre quoi que ce soit pour te permettre de te rafraîchir. L'homme semble complétement désintéressé, obnubilé par son mobile, il ne semble même pas s'être rendu compte de quoi que ce soit. T'aurais pu être un fléau qui se présente face à lui, ça n'aurait rien changé, il t'aurait donné le même degré d'attention à toi, qui pénètres dans ces lieux sans t'être introduite auprès de qui que ce soit au préalable.

    Kohaku semble avoir en horreur les rendez-vous imprévus.

    « A entendre ton accent, t'es clairement pas d'ici toi, donc t'es une Kuso-Gaijin; c'est ça ? T'es là pour piquer l'pain des p'tit japonais ? » il décroche momentanément l'oeil de son téléphone. Tu peux le ressentir qui te dévisages, te détailles de bas en haut comme si t'étais qu'un morceau de viande. « Ehh... au moins t'as fait l'effort d'être présentable, c'est un bon point. » Il range finalement son téléphone dans sa poche, après qu'un son qui fait penser à un "game over" retentit. « Putain... »

    Il baille, c'est bientôt l'heure de la sieste pour lui, il espérait que cette histoire se règle rapidement, qu'elle lui explique son plan, qu'il lui réponde "non" et que tout le monde puisse retourner vaquer à ses occupations... mais il n'était pas là pour expédier les clients potentiels, mais pour représenter le clan Hayabusa.

    « Pardonnes mes manières, je suis Hayabusa Kohaku, je représente les intérêts de la famille Hayabusa. J'suis leur comptable, leur avocat... trésorier, peu importe l'appellation : je suis celui qui gère les chiffres. Et toi, t'es qui ? Qu'est-ce que tu nous veux ? »

    La porte de son bureau ne t'es pas encore ouverte, c'est à toi de faire en sorte qu'elle le soit. Les cartes sont entre tes mains Momoe.


    Résumé de la négociation

    Temps et Espace
    Momoe Senatore
    Tenancière d'établissement
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    - Grande dame borgne de 2m08
    - Possède un fort accent italien
    - Ne porte généralement pas son cache-oeil, laissant apparaitre un "oeil" blanc à la place.
    "La pêche, ça s'ra dans la bière ou les dents ?"
    Messages :
    45
    Ryos :
    2550
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kanto
    Tenancière d'établissement
    Mer 27 Mar - 11:48





    Au Japon, on fait comme à la maison



    L'ambiance dans ce lieu est... étrange, c'est le moins qu'on puisse dire. On l'avait accompagnée dans un vestibule et lâchée là, face à une porte.

    "Money Maker, hein... Eh beh..."

    Alors qu'elle pensait rester seule avec ses pensées en attendant la venue du créancier qui l'endetterait peut-être jusqu'à la fin de ses jours, voilà que des cris se mettent à passer à travers l'entrée de ce qui semblait être son bureau. Sacré personnage, donc, va pas falloir s'amuser à le pousser à bout, vaut mieux rester tranquille...

    Quand Momoe, à force de fixer le mur, commençait doucement à s'impatienter, voilà qu'elle fut surprise par un grand bruit, celui d'une porte s'ouvrant en trombe. Son dos, qui était posé contre la cloison derrière elle, s'en détache rapidement, afin d'être bien droit afin de ne pas passer pour quelqu'un qui ne sait pas se tenir. Un petit homme en sort, les yeux rivés sur son téléphone et lui adresse sèchement la parole, sans un bonjour. À la place, il se permet de juger son accent pour la traiter d'étrangère, clamant haut et fort qu'elle était là pour piquer de l'argent à ses semblables ! Nan mais, alors qu'elle compte justement offrir son savoir-faire !

    La sensation du regard sur son corps lui fait froncer les sourcils, n'étant pas spécialement contente de voir cette étincelle dans les yeux de l'usurier. La surprise, c'est habituel. Mais là, c'est autre chose... eurk.

    Quand enfin, son interlocuteur décide de lever les yeux de son portable, voilà qu'il se met à changer de ton du tout au tout ! Devenant maintenant bien plus calme, il s'excuse même et se présente correctement ! Pfiou... tant mieux.

    "Allez, on reste calme, et polie."

    "Senatore Momoe, née au Japon d'une mère Japonaise, je viens vous voir parce que j'ai besoin d'un financement pour commencer mes affaires. J'ai fait un long voyage qui m'a appris des choses, des compétences qui pourraient relever le niveau du marché japonais à ce sujet. Non pas qu'il soit mauvais, mais la réglementation trop stricte entrave le marché, et les consommateurs ne sont pas prêts à se mettre en danger pour une pauvre farine qui n'a presque aucun effet à part vous filer un vilain mal de tête. En plus de ça, avec un bar qui me servirait de couverture, trouver des clients sera bien simple, en faisant bien attention à ne pas tout centraliser non plus."

    C'est la réalité, en soi ! C'est juste un peu enjolivé, l'Italienne n'étant pas forcément aussi honteuse de sa double nationalité. Il fallait bien transformer les "vacances chez papa" en voyage d'affaires, où elle a appris les ficelles du métier... Même si en soi, vu le nombre d'aller-retour entre le nord et le sud, on pouvait compter ça comme du voyage d'affaires. Vanter ses talents de chimiste allait peut-être l'aider, même si elle restait assez évasive sur la question, au cas où l'homme en face d'elle soit fermement antidrogue, ce qui la mettrait bien dans la mouise.

    "Vous n'êtes pas sans savoir que la manière dont le monde appelle ceux qui s'amusent en groupe avec l'illégal est "mafia", non ? Même nos Yakuzas sont appelés "mafieux japonais" à l'international... C'est exactement de là où je viens, même si j'ai eu envie de changer d'horizons, et de rejoindre ma terre natale, je ne compte pas faire d'erreurs de débutante."

    Allez, hop ! C'est au tour de la qualité d'ex-mafieuse de se faire vanter ! Bah oui, c'est sûr qu'il est mieux de ne pas laisser ses cartes de côté, autant les jouer !

    "150 000 ryos, je ne suis pas là pour vous mentir sur mes objectifs afin de vous berner et toucher la bonne somme. Si je devais investir dans un projet, je n'aimerais pas spécialement que l'on se moque de moi."

    résumé de la négociation :
    Momoe Senatore
    https://www.jjk-rpg.com/t60-momoe-senatore-finito#140handn
    Temps et Espace
    Maître du Jeu
    Rang :
    S+++
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    — Le silence éternel de ces espaces infinis [...] ;
    — L'esprit préexiste à la matière. L'esprit habite chaque atome, chaque particule. L'esprit est la partition de l'Univers, la force immatérielle qui forge la réalité concrète. Il est... [...] ;
    — [...] serait donc approprié cette capacité à être, sans naissance et sans mort, et à demeurer, hors de l'espace et du temps ;

    Ce compte est le Maître du Jeu.
    Messages :
    102
    Ryos :
    144
    Fragments d'Emotions :
    0
    Maître du Jeu
    Lun 8 Avr - 22:31





    Kohaku Hayabusa
    En plus de manier la lame, il sait transformer les mille en millions.

    ▬ Locaux de la Hayabusa Motorcycle Facility, Tokyo, 14h22




    ... Pour une petite, plutôt grande finalement, Gaijin, tu as du répondant, quelque chose qui a tendance à piquer l'intérêt de Kohaku, qui de la main droite dégaine une cigarette de son veston. Elle va droit au but, quelqu'un qui n'a visiblement pas de temps à perdre est une aubaine pour quelqu'un comme lui... enfin... « 150.000 ryos ?! » Son visage se crispe, il marque un pas en retrait en affichant un air de dégout. « Et puis quoi encore ? Vous croyez qu'il suffit d'débarquer chez moi, bien habillés et m'raconter vos souvenirs du passé en pensant que ça m'intéresse ? » De nouveau, tu peux sentir son oeil unique qui te décrit de bas en haut, puis alors qu'il semble t'éviter momentanément du regard il souffle. « Sans dec, tous les mêmes ces putains d'étrangers... »

    Sans un mot, il t'ouvre la porte de son bureau et y pénètres, toujours sans politesse, il ne daigne même pas t'inviter à entrer, mais te sommes de fermer la porter derrière toi. La pièce est un bureau tout ce qu'il y a de plus normal, sur des étagères trônent des gants, casques et autres accessoires de moto. Dans le fond de la pièce, il prend place derrière son bureau, s'assoit sur son fauteuil et croise les jambes. Avachi au fond du siège, il attrape un briquet qui traînait sur la table et embrase sa cigarette. « Se-na-to-l(r)e-san, c'est ça ? Et vous voulez faire croire à qui qu'vous êtes d'ici ? Métis ou pas, ça fait d'toi une putain de Kuso Gaijin. » Ses mots sont crus, mais tu ne ressent pas réellement de jugement derrière ceux-ci... en fait c'est comme si.. « Tu vas devoir oublier tout ça si tu veux bosser pour nous. On est en 2035, c'est terminé les ambiances chapeau melon et long imper, puis quoi encore ? Tu vas m'citer les affranchis ? Il va falloir s'A-DA-PTER ! » ... un conseil ?

    Il se redresse sur son siège, et pose les coudes sur le bureau, ses mains viennent se croiser pour qu'il puisse y reposer son menton. « Alors, tes p'tites histoires de mafieux et de "Yakuza", tu les oublies... compris ? » Son ton change du tout au tout, cette fois, ça sonne réellement comme une mise en garde.

    « Bien, on reprends dès le début, tu veux bien ? » Il tire une longue bouffée sur sa cigarette, avant d'expulser un nuage de fumée blanche dans la pièce. « Parles moi franco : pourquoi toi et pas une autre ? Tu penses qu'il y a pas d'autres rats plus méritant que toi dans le coin ? » Il s'enfonce à nouveau dans son siège, commence à jouer avec sa clope dans la main pendant qu'il poursuit. « J'veux dire, c'est génial, tu connais les lois du marché... ça nous fait déjà une étape d'avance... mais concrètement... qu'est-ce que tu feras d'mes sous ? Qui m'dis que tu vas pas simplement te tirer avec mon pactole et disparaître à tout jamais ? » Il se frotte le menton... « Dans mes souvenirs, ça s'est plutôt mal terminé pour le dernier qui a tenté ça... » Il sourit brièvement, mais ne laisse pas de temps pour t'offrir une opportunité de réponse. « Et puis qui me dit que tu vas pas tout simplement nous dénoncer à la police ? J'sais même pas qui t'es, tu arrives chez moi et me propose de prendre part à des activités pas très nette... non non non. Il nous faut des garanties, car pour l'instant : à part des promesses, j'entends rien de concret dans tout ça ! »

    Il écrase sa cigarette dans un cendrier disposé sur le bureau, puis, sort son paquet de la veste intérieur de son veston pour en sortir une nouvelle. Paquet qu'il laisse sur la table, à ta disposition. « Sert toi, ça pourrait être la dernière fois qu'on a l'occasion d'se voir. »



    Temps et Espace
    Momoe Senatore
    Tenancière d'établissement
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    - Grande dame borgne de 2m08
    - Possède un fort accent italien
    - Ne porte généralement pas son cache-oeil, laissant apparaitre un "oeil" blanc à la place.
    "La pêche, ça s'ra dans la bière ou les dents ?"
    Messages :
    45
    Ryos :
    2550
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kanto
    Tenancière d'établissement
    Lun 15 Avr - 19:18





    Au Japon, on fait comme à la maison



    Bien, au moins elle a pu entrer dans le bureau, c'est un bon début... Mais en voyant le ton de son interlocuteur du tout au tout, Momoe comprend la bêtise qu'elle a commis. Mince, c'est vrai que dans certains cas, les yakuzas sont traités comme des héros, mais pour la majorité de la population, ils restent des criminels à qui on ne veut pas faire affaire... Ça reste quand même assez étrange, qu'une entreprise de moto flirte avec l'illégal tout de même, ils devraient quand même se faire assez de thunes par eux-mêmes, non ? Bon, pas le temps de se poser toutes ces questions, il fallait d'abord réagir convenablement, et ne pas passer pour quelqu'un de déstabilisé. Son nom de famille ? Au Japon, c'est le nom du père qu'on prend, c'est pas sa faute ! Puis, au moins c'est un beau nom, qui inspire de belles choses, pas comme celui de sa mère...

    Faut que je me reconcentre, pas que je me laisse aller, ça va le faire Momoe, t'es dans la merde mais faut remonter la pente.

    Alors que son peut-être futur patron se pose dans son fauteuil, l'entrepreneuse reste debout, étant donné que l'on ne l'a pas invitée à s'asseoir. C'est une formule de politesse simple, qui montre qu'on ne prend pas ses aises chez son hôte. Ses mains sont placées le long de son corps, paumes vers l'arrière, afin de maintenir une posture convenable, alors qu'elle écoute ce qu'il a à lui raconter. Après la mise en garde de Kohaku, Momoe aquiesce, afin de signaler qu'elle a bien compris ce qu'on lui reproche. Il fallait maintenant se montrer correcte, et réussir à gagner la confiance de l'usurier. Une fois son speech fini, et face à la proposition d'une cigarette, la fumeuse répond à l'affirmatif, et vient saisir le paquet pour en attraper une.

    "Merci beaucoup..."

    Elle la porte à sa bouche, et sort un joli briquet assez massif de couleur dorée et présentant des façades sculptées en petits carreaux, afin de l'allumer. Un œil amateur trouverait juste le briquet joli, celui plus avisé reconnaîtrait sûrement la marque. Un S.T Dupont, offert par son père le jour où l'Italienne a décidé de prendre son envol. Le briquet est gravé de son nom de famille, ce qui lui donne une valeur inestimable aux yeux de sa détentrice. C'est avec délicatesse qu'elle s'occupe d'ailleurs de son entretien, afin de le garder dans un état neuf en permanence. La femme prend une première grande inspiration de fumée, qu'elle expire ensuite, ne voulant pas commencer à parler en gardant la fumée dans sa gorge, ce qui a tendance à donner une voix étrange.

    "Alors, je vais recommencer depuis le début, oui. En gros, avec l'aide de mes origines, j'ai pu déjà tisser des liens avec la communauté italienne dans le pays. Sans aller dans quoi que ce soit d'étrange, j'ai réussi à trouver deux-trois ficelles pour ramener des choses de là-bas, notamment des alcools. Mon but, ça serait d'ouvrir un bar de nuit, où je pourrais vendre tout ça discretos, pour ramener une clientèle intéressée. Je veux bien que le Japon soit très fort pour tout ce qui est culinaire, mais les gens aiment boire du vin, et c'est de plus en plus difficile d'en trouver, alors autant venir pêcher la clientèle avec ça. En suite, une fois cette clientèle obtenue, avec les effusions d'alcool du soir, il sera aisé de trouver un autre type de clientèle, celle qui souhaite consommer d'autres choses pour passer une soirée plus amusante, ou qui aimerai avoir de quoi bien attaquer le boulot le lendemain, sans être complètement à l'ouest. Et pour ça, j'ai ça."

    Momoe sort d'une poche à l'intérieur de son costume un petit sachet en plastique, rempli d'une poudre blanche qu'elle prend bien soin d'attraper sans faire usage de la pulpe de ses doigts, mais plutôt en utilisant ses articulations de phalanges, avant d'y poser sur le bureau.

    "Je peux en produire en grande quantité, et c'est pas de la poudre de médicaments pour le rhume, ça, j'sais qu'ils sont bleus mais cette merde a aucun intérêt. Les Japonais ont toujours pris ça, le gouvernement en vendait même à une période... Enfin, pas sous la même forme, mais bon, justement, je parlais bien de changer le marché... La cocaïne, ça plaît aux salarymen ça... Et en terme de garantie, je ne sais pas ce que vous pouvez vouloir, mais je suis prête à me plier à vos exigences."

    Dans la mesure du raisonnable...


    Résumé:
    Momoe Senatore
    https://www.jjk-rpg.com/t60-momoe-senatore-finito#140handn
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: