JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    V/O.R : Virtual or Occult Reality ? | Demande de Missionpar Matière et MouvementMar 23 Avr - 17:07
    Blinded by the lights [PV: Sawada Yahiru]par Yahiru SawadaLun 22 Avr - 6:12
    T.O.K.Y.O NOIRE ▬ Ringo & Yahirupar Yahiru SawadaLun 22 Avr - 4:51
    CEREMONIE ▬ LA CEREMONIE DU GIpar Ringo ShinjitsuDim 21 Avr - 19:42
    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMOpar Masaaki KamoDim 21 Avr - 17:53
    F. Progression Renzo Joupar Renzo JouDim 21 Avr - 14:26
    renzo jou || starboy (100%)par Temps et EspaceDim 21 Avr - 11:58
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Shuhei JouDim 21 Avr - 11:20
    CELEBRATION FLEAUX ▬ LES 64 HEXAGRAMMES DE LA GUERREpar Keisuke SakamotoSam 20 Avr - 23:55
    F. Progression Lewis Crownpar Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:27
    Lewis Crown. [ Terminée ]par Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:00
    Haunting shadows [PV: Tengen]par Tengen JouSam 20 Avr - 17:41
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementVen 19 Avr - 2:33
    Le Deal du moment : -28%
    Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
    Voir le deal
    279.99 €

    Rokku
    Moine Boudhiste et Shintoïste
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Moine immigré dont la caste est en voie de disparition, il est un "chaman" amateur d'art martiaux, qui donne des leçons de kung-fu, pour tenter de faire passer ses valeurs, ses engagements, et sa manière de vivre. Conseiller spirituel au temple Shinto de Tokyo, on peut le trouver la bas en cas de forces majeurs.
    Messages :
    5
    Ryos :
    350
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Tokyo
    Moine Boudhiste et Shintoïste
    Mar 27 Fév - 11:34

    En plein cœur d’Harakuju, là ou la ville s’incline à des reliefs plus sauvages, des arbres faisant comme une haie d’honneur à l’encontre du visiteur, se trouvait le temple de Meiji-jingu. Cétait ici qu’avait posé bagage notre jeune bouddhiste, accueillis comme un membre de la famille des Shintoïste, une croyance fermement ancrée dans les mœurs nippone, et dans le cœur des moines qui s’occupaient de l’endroit. La route y menant était bordée de végétation épaisses et éparse, le sol en béton contrastant dans cette sorte de jungle urbaine qu’était Tokyo, et son centre. Un grand portail en cyprès, un Torii, annonçait la couleur : Vous qui pénétrez ici, respectez et vénérez l’invisible et l’impalpable royaume des cieux, comme celui des morts. Vous qui pénétrez ici, vous trouverez toujours ce que vous cherchez dans la profondeur de votre âme. La foi est intemporel et omniprésente par nature elle-même. Pour autant, chaque temple permettait de se reconnecter. A soi d’abords, aux autres ensuite, puis aux entités qui gouvernaient notre monde discrètement, d’une main habile, posant des jalons ou des épreuves, chez tout à chacun.

    Ce matin là, Rokku s’occupait du jardin intérieur. Habillé de la tenue habituelle d’un moine, une paire de ciseaux à biseauter à la main, il taillait les ficus gigantesque entretenus par la ferveur et le soin des petites mains du temple. Rokku n’avait généralement pas d’influence sur l’éveil spirituel des autres moines, sa double casquette de shinto et de bouddhiste le faisant passer, soit pour une girouette, soit pour un simple d’esprit.

    Vénérer les hommes et les kamis, paraissait impossible pour certains. Pour beaucoup même. Pas pour qui pratique la voie du coeur. Laissant traîner ses oreilles pendant la pause qu’il s’octroyait alors, il entendit des bribes de conversations…
    - … Doit faire des heures qu’il est devant l’autel….
    - … Il a pas bougé, bigre, il me fait peur avec son bandeau
    -Un fidèle de Susanoo en plus, que nous veux-t-il ? Je préfère le calme a la tempête.


    L’imposante silhouette de Rokku apparu dans l’encadrement de la porte, donnant sur des coursives réservées aux moinillons. Elle jeta son ombre en plein centre des trois individus, crâne rasés pour certains, qui jetteraient un regard méfiant à l’arrivant. Rokku joint ces mains en signe de paix et de salutation.

    - Bonjour mes chers amis, je vous prie de ne point égrainer de mauvaises idées aussi près de notre jardin, elles risqueraient de prendre racine ! Lâcha-t-il … Je suppose que nous avons tous un rôle à jouer, et cet homme partage notre ardeur et notre foi. Nous devons l’accueillir du mieux que nous le pouvons, et l’accompagner sur la voie qui lui sera la plus utile et la meilleure pour développer sa spiritualité. .. Il lorgna les trois hommes comme s’il toisait un bœuf avant de l’acquérir … Namaste mes frères, je m'en vais saluer notre visiteur….

    Faisant un détour, il prit les portes qui menaient vers l’extérieur du domaine, là, dans un des renfoncements abrité de la pluie par l’énorme rocher dans lequel était taillé l’autel, se trouvait une corde sacrée, ainsi qu’une statuette à l’effigie du tueur de dragon, du dieu de la tempête, ainsi que quelques offrandes, des fleurs et des bougies éteintes. Il jaugea l’homme un instant, ne se posant aucune questions, car aucune n’étaient légitime en ses lieux.

    Sans apriori, le moine interrompit la foi du visiteur en douceur, donnant de la voix :

    - Auriez-vous soif ? Cela fait longtemps que vous êtes ainsi agenouillé, vous avez le droit de faire une pause ou votre foi vous l’interdirait ? Il avait un large sourire sur le visage, le genre qui désarme, le genre lumineux, le genre qui pratique la foi.  Cela se sentait dans son aura, qui rayonnait de la même manière. Il fit balancer de droite à gauche la gourde. Shplok Shplok.

    Après tout, dans la voie du milieu, savoir éviter les excès de zèle figurait dans le top dix. Cet homme semblait plein de contraste et surtout, agrippé fermement à sa solitude. Rokku ne pouvait que venir partager un moment avec quelqu’un de cette trempe.

    Rokku
    Kiyon'oku Izumo
    Membre de la garde
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    4
    Ryos :
    453
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Tokyo
    Membre de la garde
    Mar 27 Fév - 18:37

    Nous sommes la tempête


    I'll tell you a story before it tells itself

    Depuis son arrivée à la capitale, Kiyon’oku n’avait pas encore prit le temps de prier ou même de rendre simplement hommage à Susanoo. Une honte. Si son grand-père avait été au courant, il n’aurait pas donné cher de sa peau. Selon l’ancien, il fallait adresser tous les jours une petite prière au dieu de la mer et des orages et c’était le strict minimum. Toutefois, l’exorciste n’avait pas eu une seule seconde pour lui depuis qu’il était à Tokyo. Il devait partager son temps entre les différents clans, l’Orthodoxie et un peu de repos. Il avait beau être résiliant à la fatigue, comme tout le monde il devait dormir à un moment ou un autre.
    Heureusement, l’héritier du clan Izumo réussit à libérer une matinée pour vaquer à des occupations personnelles. Ils s’étaient complètement remis des matsuri, et décida donc de se rendre au temple de Meiji-jingu. C’était très certainement le meilleur endroit en ville où il pourrait prier tranquillement sans être dérangé par qui que ce soit. Il laissa également son téléphone derrière lui pour être certain d’être au calme. Ainsi, il prit la direction du lieu de culte le plus tôt possible pour arriver dès son ouverture. Il ne voulait certainement pas être dérangé par les touristes qui se rendaient sur place, et profanaient les lieux une fois sur deux.
    Étrangement, il ressentit comme une appréhension en traversant le Torii qui marquait l’entrée du Temple. Comme s’il redoutait une remontrance de la part de son dieu tutélaire, mais il chassa rapidement l’idée. Il n’était pas du genre à craindre les foudres d’un dieu. Ou même de qui que ce soit. D’un pas assuré, il se rendit vers un petit bassin pour se purifier avant de se diriger vers le sanctuaire dédié à Susanoo. Bien qu’il ne fut pas très difficile à dénicher, il le trouva plutôt minimaliste. Il avait bien conscience de la popularité du tueur de dragon mais quand même… Ils auraient pu y mettre plus de cœur dans la construction des lieux.

    Bref, le moment n’était pas aux pensées négatives. Kiyon’oku s’inclina par deux fois 90° avant de déposer ses offrandes. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il s’agenouilla et qu’il baissa son bandeau pour couvrir ses yeux. Il entra dans une sorte de transe. Tandis qu’il priait le kami, il perdit complètement la notion du temps. Il n’avait plus conscience si des minutes, des heures ou des jours s’étaient écoulés. Son esprit ne faisait plus qu’un avec les lieux. Il était complètement imprégné de l’énergie mystique qui régnait ici.

    Ce fut une voix douce, mais forte, qui le ramena dans son propre corps. Derrière le bandeau, ses yeux papillonnèrent pendant plusieurs secondes avant qu’il ne comprenne ce qu’il se passe. Quelqu’un venait de l’interrompre. Il fut alors partagé entre éclater de colère, ou accepter l’intervention avec bienveillance. D’ordinaire, il n’aurait pas hésité à congédier l’inconnu mais obligeante de celui-ci le fit pencher vers la seconde option. D’un seul mouvement, il releva une partie du bandeau pour découvrir son œil droit et tourna la tête vers celui qui était à l’origine des quelques paroles.
    S’il ne prêta aucune attention à la tenue de moine, ce fut l’attitude générale de l’homme qui piqua sa curiosité. Il semblait aussi nonchalant que spirituel. Son aura était criante de bonté, personne n’aurait pu le nier. Il y avait quelque chose chez lui qui intriguait Kiyon’oku. La bouche pâteuse, il déglutit avant de prendre la parole.

    _ Il est vrai que je n’ai pas bu depuis un moment, déclara-t-il en acceptant la gourde proposée. Et ma foi n’est pas si contraignante qu’elle m’interdirait une pause. Je n’aime juste pas faire les choses à moitié.

    D’une main, il attrapa le récipient avant de le porter à ses lèvres. Il but alors l’eau avec avidité, mais se força à arrêter après quelques gorgées. Il aurait été malvenu de vider la gourde en entier. À la place, il préféra entamer une conversation avec l’homme de la providence. Il voulait en savoir plus à son sujet.

    _ Si je puis me permettre, auriez-vous l’heure par hasard ? Je n’ai aucune idée du moment de la journée, et je n’ai pas emporté mon téléphone avec moi.

    Ft. Rokku





    [/b][/b]
    Kiyon'oku Izumo
    https://www.jjk-rpg.com/t18-kiyon-oku-izumo-termine
    Rokku
    Moine Boudhiste et Shintoïste
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Moine immigré dont la caste est en voie de disparition, il est un "chaman" amateur d'art martiaux, qui donne des leçons de kung-fu, pour tenter de faire passer ses valeurs, ses engagements, et sa manière de vivre. Conseiller spirituel au temple Shinto de Tokyo, on peut le trouver la bas en cas de forces majeurs.
    Messages :
    5
    Ryos :
    350
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Tokyo
    Moine Boudhiste et Shintoïste
    Mer 28 Fév - 23:03
    Cette petite bande de nature dans le mobilier urbain, faisait comme une poche d'oxygène ou de nombreux hommes, femmes et même enfants venaient se réfugier, que cela soit pour se protéger du soleil, et de ses rayons de plus en plus assassins, que de tourments beaucoup plus philosophiques, imaginaires, invisible. Qu'est-ce que les superstitions si ce n'est les symptômes, les conséquences et les stigmates d'une guerre intérieur propre à l'homme ? Il voyait dans sa religion autant de mal que de bien ; sa foi lui dictait de ne jamais trop être l'un ni l'autre, que ce n'est point le mal ou le bien, l'ordre ou le chaos, mais tout cela additionné, qui ferait la solution à tous les problèmes existentiels de l'homme moderne. Avant, on survivait. Maintenant, place à la liberté, la vie et la lumière. Savoir absorber chaque rayon de bonheur, pour transcender toute la noirceur de nos âmes, voila l'unique solution que le moine avait trouvée pour garder son équilibre, sa raison et sa foi.

    - L'heure qu'il est ? Voyez par vous même, le soleil est à pic, nous sonnerons bientôt le repas de midi à la grande cloche du temple ... Il eut un sourire béat, avant de reprendre la gourde et de boire une gorgée lui aussi en mirant la statue de Susanoo patinée par le temps. Il fallait dire que le temple de Susanoo était, pour celui d'un des plus grands dieux du panthéon, le moins représentatif de toute la hardiesse, et de toute la ferveur croyante de l'endroit. On lui préférait des idoles bien plus lumineuses et dont la foi rendait "digne". Encore un débat dans lequel on traiterait de l'effet, et non de sa cause.

    Pour sa part, Rokku trouvait avoir fait le nécessaire pour que l’icône, le symbole de la foi en tout ce qu'il pouvait être chaotique, était représenté de manière digne ; il nettoyait tout les jours les feuilles mortes ou les toiles d’araignée qui pouvaient souiller son autel, et n’hésitait pas à faire brûler l’encens bénis par les grands moines du temple dont il n’était, après tout, qu’un visiteur, un invité de marque mais pour combien de temps ? Il lui manquait son Tibet natal, et ses monts enneigés toute l’année, ses promenades à travers la montagne, l’hiver, l’été, et pour ne point les rendre jalouse, en automne comme en printemps.

    Quand toute la montagne donnait l’impression de brûler, de briller de milles et unes couleurs d’ocre jusqu’à l’orangé. Ou quand les fruits commençaient à germer et se gorger de la terre sur laquelle lui-même marchait. Oui, parfois il se sentait proie d’une grande lassitude, et d’un ennui certains. Mais pas aujourd’hui.

    C’était différent.

    Il ne savait dire avec exactitudes si c’était l’inconnu  ou bien simplement la journée qui était propice à autant d’émerveillement que de nostalgie.

    - Partagerez vous le repas avec nous autres ? Il sourit de plus belle, ses canines acérées dépassaient de sa bouche … Vous êtes mon invité si cela vous sied, je reconnais dans votre ferveur quelque chose de la mienne.

    La voie du milieu enseignait de ne point en dire trop, jamais plus qu’il n’en faut, pour garder la balance à son bon endroit.

    - Mais peut être que l’inconnu ne vous sied guère, je me présente donc devant vous, Rokku, moine de ce temple, et de nombreuses autres choses aussi …


    Cette invitation à dévoiler son propre nom, et à rompre le pain avec lui, n’avait rien d’anodine… Au fond, tout deux savaient à quoi s’en tenir. La spiritualité était le carquois dans lequel ils allaient piocher les ressources nécessaire pour de plus graves occupations, plus sombres, plus secrète. Les loups se reconnaissent entre eux. Et dans son fort intérieur, Rokku savait, qu’il avait devant lui plus qu’il ne laissait paraître.
    Rokku
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: