JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    Listing avatar par Lewis CrownHier à 20:00
    De Fièvre et de Sang [FB]par Menocchio KoutetsuHier à 16:51
    F. PROGRESSION FUREGAMI MORIpar Furegami MoriHier à 14:34
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementHier à 1:29
    Pas de repos chez les exorcistes [ft Menocchio]par Menocchio KoutetsuJeu 11 Avr - 19:01
    F. PROGRESSION REBECCA KAMOpar Kamo RebeccaJeu 11 Avr - 9:59
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Gin OgawaMer 10 Avr - 23:30
    L'obsession commence :| mission par Menocchio KoutetsuMer 10 Avr - 23:08
    [NORIGAE] Night blossom in tune with secrets ~par Tengen JouMer 10 Avr - 19:34
    Les sous-doués passent le BAC | ft: ATSUSHI KAMOpar Menocchio KoutetsuMer 10 Avr - 17:26
    CEREMONIE ▬ LA CEREMONIE DU GIpar Tsuyoshi SaitokuMer 10 Avr - 14:19
    Le Deal du moment : -49%
    WHIRLPOOL OWFC3C26X – Lave-vaisselle pose libre ...
    Voir le deal
    319 €

    Shin'ichi Koutetsu
    D.J de la guerre
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    9
    Ryos :
    2200
    Fragments d'Emotions :
    0
    D.J de la guerre
    Mer 20 Mar - 22:05



    Claquement du beat sur la peau, les basses pénétraient l'épiderme, pressaient sur les muscles. Néons iridescents baignant les corps, un ballet épileptique sévissait dans les sous-sols de la Métallurgie. Comment ça vous ne connaissiez pas ? Vous pensiez qu'on s'amusait qu'à Tokyo ? Nah. Dans l'enfer industriel de Sapporo, une fois par semaine, un des entrepôts de Sumimoto Metal prenait vie.

    « ALORS SAPPORO ?! WHAT'S UP ?! C'est pas le moment d'être poli là. Give me this sweat, shake it. BURN IT DOWN ! »

    Les doigts glissèrent sur les platines, le son reparti de zéro, couvert par les hurlements de la foule. Toute la journée ça crevait dans des usines, dans des bureaux, toute l'année ça jouait aux bons citoyens. Not now. Pas ici, pas ce soir. Dans l'ombre des entrepôts, aucune caméra pour les contrôler, aucun œil de l'Empire, l'hygiénisme et les traditions pouvaient bien aller se faire voir. Bien entendu que l'Oeil du ciel était au courant de ce genre de fêtes, tout comme il savait ce qui se passait dans au Red light District. Il s'agissait de cette zone grise, aux extrémités de la loi.
    Aujourd'hui toutefois, la discothèque était noir de monde. Un invité spécial se trouvait derrière les platines. L'Ainu qui, depuis quelques années déjà, enflammaient les cœurs. Jamais deux fois au même endroit, toujours présent pour vous aider à lâcher vos pulsions. Un job qui, d'après son sourire exalté, lui seyait à ravir.

    L'endroit était plutôt simple, un encadrement métallique, une boîte au sens littéral. Quelques chaises, matelas et divans, furent posés à la va-vite, un bar travaillait à vive allure sur la droite, des toilettes siégeant sur la gauche. Le reste de l'espace était dédié à la piste de danse, avec des énormes caissons de basse servant de chiens de garde au boot de l'artiste. Légèrement surélevé, prince parmi les fous, un énorme casque sur les oreilles, Shin'ichi ne tenait pas en place. Sautant, secouant ses locks ébènes, il frisait la transe.
    Il n'était pas le seul. Les corps s'entrechoquaient sur la piste. Jambes en V, buste penché vers l'avant, des hanches se frottaient contre d'autres hanches. Là-bas, un groupe sautait en rythme, à gauche, ça hurlait des paroles inventées, tandis qu'un mètre plus bas, trois amis démontraient quelques pas de danse, maintenant dans un jeu d'acrobates leur bière à la main.
    La musique déliait les esprits, mais elle n'était pas la seule. Posés sur ce qu'ils pouvaient, quelques corps titubaient en longeant les murs. Leurs yeux injectés de sang trahissaient une substance toute autre que l'alcool, d'ailleurs il suffisait d'un tour aux toilettes pour apercevoir une demoiselle absorber un petit quelque chose par le nez. La chair supplantait l'esprit, et déjà un groupe prenait place sur un matelas, des caresses et des sourires ? Oui, bien-sûr.

    Et ce n'était que le début...
    Shin'ichi Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t43-shin-ichi-koutetsu-terminee#66
    Tamotsu
    Partisan de l'Epidémie
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    - THE médecin
    - 1m75
    - Chapeau, masque, manteau en cuir léger
    - Voix déformé par le masque
    Messages :
    18
    Ryos :
    1350
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Actuellement, Toshigi côté Kanto
    Partisan de l'Epidémie
    Mar 26 Mar - 15:46


    Tamotsu


    Shin’Ichi Koutetsu

    Not this party...

    Bien que je n’en aie pas les manières ou l’allure, j’apprécie la musique des profanes. Pas toute, il reste des sons qui représentent des crissements douloureux à mes oreilles. Je me suis rendu compte, il y a quelques siècles maintenant, que certaines de leurs musiques avaient un effet des plus stimulants sur mon être. Que ce soit pour me concentrer, pour innover et aider dans la réflexion, j’ai pu expérimenter des états intéressants. Et avec l’évolution des sons, des rythmes, des styles… Il suffit de fouiller un peu mon laboratoire pour y trouver des stations d’écoutes de tout âge : un gramophone, un tourne disque, une chaine Hi-Fi, etc…

    Pour me tenir au courant des différentes nouveautés, j’aime allier l’utile à l’agréable : trouver un lieu sans surveillance, où les déchets de l’humanité se retrouvent pour apprécier des substances à but d’oublier leur vie misérable. Je me faisais une joie de corser un peu plus leur dosage, de les remplacer par certaines de mes compositions. Je préfère les voir dans une tourmente que libérer des tracas de leur vie quotidienne absurde. Ce qui est incroyable, c’est qu’ils en redemanderaient presque, tant l’accoutumance peut être pernicieuse.

    Pour cette soirée, j’ai un peu changé mes habitudes, voulant tester une
    nouvelle approche. Je ne m’éloignais pas beaucoup de mon sentier habituel, me présentant dans une boite de nuit, pleine à craquer. L’odeur de la sueur, le bruit des quintes de toux, des râles poussées par la prise d’une seringue, tout cela permettait de couvrir le morceau que passait le dj au moment de mon arrivée. Je reniflais un peu de dégout en l’entendant, préférant me focaliser sur le reste de l’ambiance.


    - Pas vraiment… Ce que j’aime écouter, malheureusement…

    Néanmoins, je ne m’en faisais pas. Dans ce genre de lieu de perdition, la musique fluctuait rapidement, que ce soit à la simple décision du meneur, tout comme pour une demande anodine d’un profane. Un peu d’argent, un verre d’alcool offert ou la simple vue d’un décolleté trop plongeant… C’est amusant, quand on y réfléchit. C’est ainsi que commence les complots, les magouilles sous le manteau, les assassinats. Tout cette mise en scène, cette mascarade pour connaitre le pouvoir d’avoir changé le court de la soirée grâce à une musique. Risible.

    Les toilettes n’étaient pas des plus propres. Cela me convenait parfaitement, y lâchant une seringue dans un coin. Une autre se retrouvait dans les mains d’un type commençant déjà bien à être chargé. Pas très difficile à reconnaitre, l’occasion d’observer des symptômes n’a pas manqué à mon espace de travail. Fait amusant, la drogue que je produis et distribue à des effets très similaire sur les fléaux et les humains. J’aime à leur rappeler quand ceux-ci ont du mal à se tenir face à moi.

    J’en avais fini avec mon petit tour d’observation. Je lancerai une nouvelle vague un peu plus tard. Diluer la terreur, le produit. Une trop grosse dose d’un coup et l’endroit fermerait. Bien que cela ne me dérange le moins du monde de faire renvoyer tout ces ignorants chez eux, le fait de garder le lieu ouvert permettrait un amusement un peu plus intense et plus long sur la soirée. Du moins, c’est ce que je pensais, jusqu’à croiser le regard du DJ.

    Je le ressentais, il me voyait. Pire que cela, je pouvais ressentir de l’énergie occulte parcourant le corps de ce primate. Ma tête pencha sur un bon 90° degrés, ma nuque formant un angle droit parfait. Pour un singe serait dans ces lieux ? Ce n’est clairement pas un exorciste de l’Eglise. L’endroit est bien trop inadéquat pour un Orthodoxe. Il ne laisserait qu’un Chamane ou ceux qu’on appelle les Maitres des Fléaux. Que ce soit pour l’un ou l’autre, je n’appréciais guère l’appellation. Le premier correspond à une culture différente que celle que nous combattons. C’est un terme non-approprié.

    Quand au deuxième, ce n’est pas difficile à deviner. Un primate, maitre de notre entité ? Je veux bien croire que quelques-uns soient capable de ‘’dompter’’ de faibles fléaux mais jamais, au grand jamais, je n’en laisserais un en devenir mon maitre. Plutôt me faire exorciser deux fois. Soufflant doucement, j’écartais les sentiments mitigés qui prenaient le pas, pour laisser place à la curiosité. Je fis quelques pas pour m’approcher de lui, un pas sur l’estrade, mon visage passant sur sa console, mes doigts griffus agrippant le métal.

    - Intéressant… Tu as l’air d’aimer ce que tu fais… Pourrais-tu me sortir une cacophonie plus… Agréable à entendre ?

    Quitte à travailler en ces lieux, autant le faire avec un certain plaisir auditif. Je fis attention à ne pas exploser son matériel, me relevant pour me positionner derrière lui. J’aimais sa place, un peu comme celle du parano. Une vue parfaite sur la salle, sans que rien ne laisse de hasard. On ne peut venir de derrière. Un bon point de vision.
    Tamotsu
    kaytsak
    Shin'ichi Koutetsu
    D.J de la guerre
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    9
    Ryos :
    2200
    Fragments d'Emotions :
    0
    D.J de la guerre
    Ven 29 Mar - 1:04




    Corps contre corps, courbes et muscles se rencontraient dans l'obscurité. La musique se mêlait à la chimie, siphonnant la raison, réveillant l'animal trop longtemps endormi. Posé au gouvernail du chaos, Shin'ichi guidait son troupeau. Le rythme ralentit, l'engouement tournait à la sensualité. Une harmonie tribale, enfin presque...

    « Et ben pour une surprise... »

    Il était entré par la porte principale, convaincu comme tout ceux de son espèce de l'impunité offerte par l'invisibilité. Heureusement qu'il en fut ainsi, car vu son accoutrement... Le Koutetsu était lui-même un excentrique, son étrange veste matelassée, son énorme ceinture, sa coiffure ainsi que la myriade de bijoux ornant son corps, il ne passait pas inaperçu dans la foule. Pourtant à côté de ce type, il avait tout l'air d'un citoyen modèle.
    La chose lugubre se déplaçait en prédateur, naturellement. Les brebis ne pouvaient pas le voir, mais le berger ne l'avait pas manqué. Si l'Ainu se tenait prêt à intervenir, un sourire illumina son visage lorsqu'il remarqua la seringue subtilement offerte. L'invité surprise semblait au-dessus des simples bêtes affamées d'énergie occulte.

    Le fluide obscur se mit d'ailleurs à valser. Concentré autour des yeux de D.J, il décupla sa vision, juxtaposant le spirituel au réel. Le voile tomba, l'aura du Fléau lui fut entièrement visible. Un manteau fétide envahit l'espace, sombre, pernicieux, mais surtout, au moins aussi intense que l'âme du Koutetsu. Il ne s'agissait donc pas de quelqu'un qu'il pouvait sous-estimer.
    Cependant pourquoi en venir aux armes ? Son petit tour de magie attirant l'attention de l'inconnu. Curieuse inclinaison, il démontra sa nature inhumaine, puis se rapprocha. Les mains quittèrent lentement les platines. Elles se joignirent au niveau du sternum, les doigts s'enlaçant dans un symbole propre au clan du Nord. On ne laissait pas un loup s'approcher sans s'inquiéter de ses crocs. La silhouette du Maître-fléau ne changea pas, mais sa peau se teinta de gris. Ses yeux devinrent entièrement orange, tandis que son nez disparut, laissant place à deux simples orifices. Une couture en zig-zag lui servait désormais de lèvres, Un changement subtil, une préparation pour la danse ?

    « Get ready people ! Ce soir, nous avons un invité de marque, un véritable V.I.P ! »

    Annonce lancée à la foule qui répondit en hurlant, alors même qu'un Fléau se tenait juste derrière lui. Shin'ichi le percevait toutefois parfaitement. Une main posée sur les platines, l'autre se déploya sur sa gauche. Il semblait attraper quelque chose. Du néant, un masque joignit sa main, et alors qu'il le posa sur sa tête, il changea d'ambiance.


    Un violoncelle perça le silence, solitaire, imposant, impérieux. Le maître de cérémonie se retourna enfin, un masque de bois sur le visage. Des cornes rayées, un nez pointu, et des oreilles de gobelin ornaient désormais sa tête, avec comme plat de résistance un sourire étiré, énorme, parsemé de dents démoniaques.

    « Un autre souhait pour sa majesté ?»

    Le Koutetsu tira alors la langue, dévoilant un appendice pulpeux, anormalement lent. Déjà en lui se propageait l'effet de son masque, une tendresse débordante. Pas le sentiment le plus utile en face d'un démon, mais c'était là les règles du jeu ! Il se mit donc à dodeliner sur place, son poids passant d'un pied à l'autre, marquant le tempo. Sur son torse un pendentif se balançait en rythme, un Collier d'or avec un croc en pendentif, dont la signature spirituelle ne saurait échapper à son vis-à-vis. Les sigils de la Calamité de la Guerre était connu dans l'entièreté du monde occulte.
    Quand au reste du club, ils ne semblaient même pas avoir remarqué le changement de musique. Bien au contraire, depuis l'apparition de ce masque, les émotions s'étaient décuplées. Les frottements devenaient plus intenses, moins pudiques, ou au contraire, certain s'arrêtait de danser, des larmes perturbant leur valse. Ici un groupe s'échauffait, des voix se faisant entendre, alors que jusqu'à côté, un jeune éclata de rire. Le chaos des émotions, l'humanité dans sa forme débridée.

    « Ma musique traverse les frontières de l'humanité ? J'savais que j'avais du talent mais là... Car c'est bien pour cela que tu es là cher Fléau non ? Pour profiter de la fête ? »

    Son ton, bien qu'aimable, restait toutefois suggestif. Il s'agissait ici de son domaine, et il ne le laisserait pas aisément perturber.


    Shin'ichi Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t43-shin-ichi-koutetsu-terminee#66
    Tamotsu
    Partisan de l'Epidémie
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    - THE médecin
    - 1m75
    - Chapeau, masque, manteau en cuir léger
    - Voix déformé par le masque
    Messages :
    18
    Ryos :
    1350
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Actuellement, Toshigi côté Kanto
    Partisan de l'Epidémie
    Mar 2 Avr - 23:34


    Tamotsu


    Shin’Ichi Koutetsu

    Not this party...


    Je l’avais senti. Cette sensation, cette vision, son regard… Je commençais à m’y habituer. Ce n’étais pas la première fois et cela ne sera nullement la dernière. Il m’analysait, sondait mon essence, ma capacité. On ne pouvait se soustraire d’une telle auscultation, mis à part avec des reliques. Que je ne possédais évidement pas. Je n’aurais pas les matériaux pour les faire fonctionner de toute manière, autant simplement assumer le fait que chaque primate doté de la faculté de se servir un tant soit peu de son énergie occulte

    Soupirant légèrement, je me prenais à ignorer son attitude par la suite. Etrangement, je ne me sentais pas menacer en ces lieux. Cela aurait pu, si cela avait été un peu plus légal, plus à la surface. Alors que les vibrations que je sentais de sa part était surtout de la curiosité plus qu’autre chose. Et sans doute un brin d’amusement. J’observais donc face aux platines, les âmes ayant encore la force de se pousser sur leurs jambes, n’ayant pas succomber à des désirs plus vicieux. Il y en avait qui suintait le bien-être et la bonne santé. Cela me fit renâcler et je détournais les yeux pour me perdre dans le plafond. Une trace d’humidité, du moisi et pas mal d’objets non-identifiés collés dessus. Bien plus agréable.

    Doucement, lentement, s’insinuant en moi, une émotion s’amplifia. J’étais… Heureux, tout simplement. Je veux dire, je n’ai aucune idée du pourquoi. Si ce n’était que cela, je dirais que j’ai déjà connu ce genre de situation par le passé. Mais ici… Un sentiment pur, sans arrière-pensée derrière. Était-ce le lieu qui me donnait autant d’émoi ? Les profanes autour de moi qui appréciaient mon œuvre ? Je ne saurais dire, mais un large sourire déformait le cuir de mon masque. Un léger rire monta le long de ma gorge, s’étouffant dans les filtres.

    Je vins au côté du dj, qui arborait maintenant un masque des plus atypiques. J’appréciais grandement le geste, bien que je pense qu’il n’est pas fait exprès pour me contenter. Nous faisions face à la foule, la musique changeant radicalement de timbre. Cela aurait dû créer une dissonance entre mon état et la rythmique de la nouvelle chanson. Lascive, sombre… Sans doute pour me représenter ? Je suis pourtant un joyeux luron, adorant faire des blagues à mes congénères ainsi qu’à mes ennemis.


    - Ta musique ? Je ne pense pas que tu es inventé toute la musique profane, fringuant camarade de masque ! Néanmoins, je ne peux nier que tu as le sens du moment… Et le fait que tu sois à mon écoute me fait encore plus plaisir ! Peut-être une plus… Entrainante pour la suivante ?

    Je laissais quand même mes bras monter dans une sorte de croix, marquant le rythme de la tête, d’une manière mécanique, comme si mes articulations suivaient les fils d’un marionnettiste. Oui…  Je m’imprégnais des lieux, de l’odeur, des bruits étouffés, des râles de plaisir de la prise de mes stupéfiants. Un instant hors du temps, où j’oubliais pourquoi je me trouvais en ses lieux, où je profitais du moment présent. Mes souvenirs se poussèrent pour ressurgir, prenant place sur ma vision.

    Face à moi, une place du village. Des gens dansaient au rythme de tambour, du chant d’un ménestrel. Je reconnaissais les débuts de ce qui seraient appelés plus tard par les historiens, l’Ars Nova. Cela faisait vibrer chaque partie de mon corps, de mon âme. Une main vint se poser sur mon épaule. Le visage d’une jeune femme effleura ma joue, dépourvu d’un quelconque cuir ou masque. Son regard verdoyant me renvoyait un amour passionné, une reconnaissance éternelle. J’attrapais sa main pour danser à ses côtés, profitant de cet état de paix.

    Tout se troubla et le caveau sinistre, où je me trouvais, revint prendre le pas sur ma vision. Je clignais rapidement des yeux, comme pour émerger d’un rêve, d’un mirage, d’un vestige. Je sentis quelque chose que je pensais impossible durant ses derniers siècles : une unique larme vint rouler le long de ma joue. Ce n’était pas de la tristesse. De la nostalgie qui me provient de ce qui me semble être une vie lointaine, révolue, dont je ne sais pas vraiment si elle a réellement existé.


    - Ce n’était pas mon but premier mais il y a longtemps que je n’ai pas ressenti de tels sentiments. Continuons sur cette lancée ! Amusons-nous ! Qu’as-tu à me proposer ?

    Je n’étais plus celui que les fléaux et exorcistes connaissaient. Ce soir, si tout se passait bien, il y avait de forte chance que le véritable Tamotsu refasse surface. Être bridé et plongé dans les miasmes de l’Epidémie, ne cherchant plus à se débattre. Les souvenirs disparurent aussi vite qu’ils étaient venu, laissant place à un fléau enthousiaste à ce qui allait se passer au cours de la soirée.


    Petites infos:
    Tamotsu
    kaytsak
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: