JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    Salvation is for worshipers [PV: Gabrielle]par Yuichi KotaroJeu 6 Juin - 1:33
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Gin OgawaMer 5 Juin - 11:24
    Validation rp Menocchio Koutetsupar Menocchio KoutetsuMar 4 Juin - 16:35
    Blinded by the lights [PV: Sawada Yahiru]par Yuichi KotaroMar 4 Juin - 3:54
    F. PROGRESSION FUREGAMI MORIpar Furegami MoriLun 3 Juin - 16:52
    Champ contre champ' [Yumi & Furegami]par Furegami MoriLun 3 Juin - 8:19
    LE LIVRE D'EZECHIEL (37, 1-14 ) | GABRIELLEpar Menocchio KoutetsuDim 2 Juin - 10:45
    F. PROGRESSION MENOCCHIO KOUTETSUpar Matière et MouvementDim 2 Juin - 5:24
    F. PROGRESSION TAMOTSUpar Matière et MouvementDim 2 Juin - 5:08
    F. PROGRESSION YUICHI KOTAROpar Matière et MouvementDim 2 Juin - 5:03
    F. PROGRESSION TSUYOSHI SAITOKUpar Matière et MouvementDim 2 Juin - 4:58
    F. PROGRESSION KEI TANABEpar Matière et MouvementDim 2 Juin - 4:55
    F. PROGRESSION MOMOE SENATOREpar Matière et MouvementDim 2 Juin - 4:49
    Modèle de réponse rp libre servicepar Matière et MouvementVen 31 Mai - 11:34
    Sickening expression [PV: Tamotsu, Yahiru Sawada]par Yahiru SawadaVen 31 Mai - 2:54
    -50%
    Le deal à ne pas rater :
    BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
    19.99 € 39.90 €
    Voir le deal

    Matière et Mouvement
    Narrateur omniscient
    Rang :
    S+++
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    — Le silence éternel de ces espaces infinis [...] ;
    — L'esprit préexiste à la matière. L'esprit habite chaque atome, chaque particule. L'esprit est la partition de l'Univers, la force immatérielle qui forge la réalité concrète. Il est... [...] ;
    — [...] serait donc approprié cette capacité à être, sans naissance et sans mort, et à demeurer, hors de l'espace et du temps ;

    Ce compte est le Maître du Jeu.
    Messages :
    127
    Ryos / FE :
    10000069
    Localisation :
    Narrateur omniscient
    Mar 2 Avr - 5:29





    Taiga Kamo
    Parmi les grandes familles de l'orthodoxie, il en existe quelques unes qui, malgré tout, sortent du lot. Clan d'exorcistes séculaires, les Kamos ont évolué aux côtés de l'orthodoxie et tentent encore aujourd'hui de la façonner à leur image. ▬ Exorciste de classe 2 - Assigné à la sécurité des profanes sur le site. ▬ Place du Tempaku Ku , 14h33



    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMO Cpss

    O-bon battait son plein, la fête avait démarrée depuis quelques heures maintenant. Il résonnait une musique traditionnelle au milieu des temples millénaires, une foule mêlant exorciste et profane circulait dans les allées, contemplant l’architecture, les statues bouddhistes, ou se délectant de quelques uirôs vendus sur des rotenshō. Vêtu d’un traditionnel kimono brodé avec l’emblème des Kamos, j’attendais à l’entrée d’un des temples, bras croisés sur le torse, j’observais le flux de passants. Mes yeux lisaient les vagues et les effluves d’énergies occultes, mon attention portée sur les exorcistes, analysant la nature de leurs énergies, les émotions qu'elles pouvaient trahir.

    Un groupe de profane observait le temple d’un œil curieux, je devinais la discussion qu’ils avaient, s’échangeant des regards entre eux après s’être immobilisés devant l’escalier montant vers la porte principale. Quelques secondes d’hésitation, des brefs échanges avant que la plus intéressée du groupe ne s’élance à gravir les quelques marches menant à la porte. À peine entame-t-elle son ascension que je descends à mon tour de quelques pas, tends  mon bras telle une barrière pour lui indiquer qu’il n’est pas possible de visiter. Je m’incline en guise d’excuse et lui propose de repasser dans quelques heures, lorsque la visite sera ouverte au public, avant de retourner à ma position initiale. J’avais été chargé de filtrer les entrées, car en ce moment même se tenait en ce temple la phase la plus importante du festival pour les grands clans : le recrutement. Connu par tous les exorcistes expérimentés, O-bon s’était forgé avec le temps et l’évolution de l’orthodoxie une autre utilité que celle du devoir de mémoire et de la célébration de la fin de l’âge mort. Les clans principaux s’en servaient pour faire du recrutement, des adoptions et des mariages arrangés pour perpétuer le nom et la tradition du clan, tout en amenant du brassage génétique au sein de celui-ci.

    Je voyais d’ailleurs arriver au loin un de mes collègues: Iroh, accompagné de deux exorcistes inconnus. À en juger par la quantité d’énergie occulte qu’ils dégageaient, ce n’était pas des amateurs, ou au minima, ils devaient être doués. Les prospecteurs que l’on avait envoyés à travers le festival faisaient leurs boulots, nos consignes étaient claires et nul n’oserait les contester. Après tout, il s’agissait de nos potentiels nouveaux frères et sœurs et quitte à choisir sa famille, autant ne pas prendre des incapables.


    - Taiga ! Tu t’ennuies pas trop ça va ? J’aimerais pas être à ta place, tu sais à quel point j’ai du mal à rester immobile ha ha ha ! Montant les marches deux par deux, il arrivait à ma hauteur, distançant les deux personnes qui le suivaient.

    - Tu montre le chemin à ces deux-là ? Celui là a l'air prometteur. Susurre t'il en m'indiquant l'homme à sa droite qui arrivait enfin à notre hauteur.






    Je le regardais un instant, mon sort de détection activé. C’était un Japonais dans la vingtaine, athlétique, l’énergie qu’il dégageait semblait correct, une quantité naturelle relativement élevée, une bonne base innée en somme. En revanche son flux trahit un contrôle timide, quelques irrégularités dans l'écoulement, des variations démontrant un apprentissage à ses débuts. J'en profite pour analyser le second prétendant de plus près. Physiquement moins impressionnant, moins musclé et plus frêle, son énergie occulte est elle aussi moins dense. Cependant, je note un détails qui me trouble, des irrégularités non conventionnelles, comme s' il cherchait à limiter son énergie, ou plutôt à se dissimuler. Cela m'arrachait un rictus bref, Iroh s'était fait avoir, nous avions un candidat prudent qui semblait lui-même vouloir nous tester à sa manière.

    Aussi amusant cela soit-il je n'avais pas le temps pour ce genre de jeu, et son subterfuge ne fonctionnerait pas une fois là-bas, il s'en rendrait compte bien assez vite.


    - Bon, je te laisse la suite Taiga, j'ai du boulot y'a pas mal d'agitation du côté du Gi ! À plus !

    - Au revoir Iroh. On se revoit tout à l'heure.



    Il descendait les escaliers deux par deux, s'éloignant rapidement avant de disparaître dans la foule. De notre côté, nous nous inclinions tous par politesse, avant que j'entame les présentations.

    - Nous allons pouvoir commencer : Je m'appelle Taiga Kamo, j'appartiens à la branche principale. Mon rôle au sein du clan n'a pas d'importance pour ce qui va suivre. Je vais vous guider à l'intérieur de notre domaine, c'est un lieu sacré de grande importance, vous vous apprêtez à pénétrer dans les fondements même de l'exorcisme. Une fois à l'intérieur je n'ai qu'une seule consigne : ne faîtes pas honte à vos ancêtres. Vous êtes prêts ?


    Acquiescement, validation, ils étaient prêts ou en tout cas disaient l'être. J'ouvrais alors la marche, pénétrant dans le temple qui dès l'entrée passée s'ouvrait dans de multiples directions. Nous traversions les premières salles, obscures, éclairées par des bougies chancelantes. Le sol couvert de lattes de bois, les murs de trophée, d'armes, d'armures typiques de l'époque, des parchemins occultes, des calligraphies de l'ancien ère, un véritable trésor de culture exorciste qui n'était pourtant que l'introduction. Au fur et à mesure que nous nous enfoncions en ces lieux, l'atmosphère s'apaisait, la musique disparaissait au loin, les bruits du festivals s'étouffaient peu à peu.

    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMO E0qt


    Coulissant une porte, nous sortions, marchant le long de jardin où s'écoulait une paisible rivière artificielle, terminé par une petite cascade dont les clapotis apaisants prenaient le pas sur les fonds musicales restants. Nous marchions ainsi, traversant une partie du domaine pendant quelques minutes, je naviguais avec aisance, jetant subrepticement des regards derrière moi, pour m'assurer qu'ils ne faisaient rien de louche. Dans leurs regards, je ne voyais que l'étonnement, de la fascination ou des interrogations, c'était bon signe. Enfin nous arrivions devant la porte recherchée, là, je marquais une pause. Leur laissant deux secondes de préparation avant de frapper à la porte puis d'entrée.


    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMO Nxn5

    Devant nous à plusieurs mètres se trouvait une immense table basse cérémonielle sur laquelle était étendu un tissu de tout son long, parsemé de symboles occultes et de l’emblème du clan Kamo. La salle tout entière était plongée dans une obscurité partiellement chassée par des bougies disposées méthodiquement dans des schémas et des paternes à la symétrie axiale parfaite. Il y régnait un calme plat, tranchant complètement avec l’ambiance de la fête à l’extérieur. Ici, il était impossible même de percevoir le moindre bruit parasite, comme seul bruit de fond, il y avait celui de la consumation lente de la cire. Au centre de la table trônait une bougie plus grande, éclairant de sa lumière chancelante le visage de Nodame Kamo. Elle était assise, surélevée par une assise, à ses côtés, une vingtaine de membres du clan en tenue traditionnel attendant silencieusement.

    Je saluais l’assemblé respectueusement, restant incliné jusqu’à ce que la cheffe de clan m’autorise à me redresser.

    - Merci pour ton travail Taiga, tu peux retourner à ton poste. m'intima l'un des hommes à la table.

    J’acquiesçais sans un mot,  m’inclinant à nouveau face à eux, puis je me tournais face aux prétendants pour les saluer de même avant de m’éclipser. Une fois à l'extérieur, éloigné de quelques mètres, je soufflais histoire de faire retomber la pression. J’avais beau faire des allers retours dans cette pièce depuis le début de la fête, je ne parvenais décidément pas à m’habituer à l’ambiance. Une preuve que je n’étais malheureusement pas encore prêt pour siéger à cette table, les pontes du clan Kamo était vraiment terrifiant


    Règles de l'évènement
    Durant cet évènement, vous allez avoir la chance de pouvoir influencer l’un des chefs de clan au travers d’un post RP dans lequel vous vous mettrez en scène pour tenter de gagner leurs faveurs.

    Comme un pseudo RP de négociation, chaque chef de clan possède ce que l’on appelle des points de rupture et des intérêts personnelsLe but sera de manœuvrer autour des informations fournies dans les sujets de rencontre pour tenter de séduire le chef de clan.

    La réaction du chef de clan dépendra uniquement de l’intérêt qu’il portera à vos propos. En fonction du taux de réussite de votre post, ils iront jusqu’à vous proposer une place à leurs côtés.

    La mise en scène de la rencontre avec le chef de clan devra se présenter sous la forme d'une introduction, un monologue durant lequel vous devrez essayer de faire valoir vos valeurs et vos intérêts, en essayant de comprendre ce que l'on attend de vous. Celui-ci se passera obligatoirement dans la salle décrite dans le post. La mise en scène de votre arrivé et des raisons de votre venue sont à votre discrétion.

    Le contenu devrait être concentré sur un seul post


    Matière et Mouvement
    https://www.jjk-rpg.com
    Masaaki Kamo
    Agent d'entretien à l'Académie de Tokyo
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    11
    Ryos / FE :
    5100
    Localisation :
    Tokyo
    Agent d'entretien à l'Académie de Tokyo
    Dim 21 Avr - 17:53
    Nous nous regardons une dernière fois dans le long miroir qui compose notre modeste chambre - nous avions ressorti notre hitoe formel, celui dont un seul kamon ornait notre dos, de celui qui représente le blason de notre famille ; de celui-ci nous le recouvrons d'un haori, de la même teinte ; un bleu royal qui sied si bien à notre teint blanchâtre. Notre haori-himo est d'un blanc éclatant et qui tombe juste un peu plus sur notre hakama blanc tout autant ; de notre coiffure rejeté en arrière et tenu par une fine cordelette, le tout avec une couche de gel pour qu'aucun cheveu rebelle n'en sorte. Des geta assorti de tabi pour ne point marcher pieds nus entre les allées du festival ; cela nous faisait extrêmement bizarre d'en reporter après tant de temps, mais l'habitude ne disparait jamais réellement et nous pûmes ne pas nous casser la cheville. Pour une fois, nous avions ôté nos gants, laissant nos mains à l'air libre ; de celles caleuses, pleines de cicatrices, de sang séchées et de croûtes, que nous cachions à tous et toutes pour ne point voir leurs mines de pitié - parce qu'aujourd'hui, nous devions aller rencontrer une certaine personnalité et nous ne pouvions, nous ne devions nous cacher derrière notre phobie ; pas si nous souhaitions qu'elle nous accorde ce que nous souhaitions.

    D'un pas déterminé si nous pouvions dire ainsi, préférant les allées presque désertes et loin de l'allée principale, nous arrivâmes sans heurt, sans problème, devant l'architecture qui pourrait devenir notre tombe si nous ne faisons pas attention - si nous ne respectons pas les coutumes. Nous montons les marches, sans cacher notre énergie, sans la diminuer, sans même la changer ; nous n'étions que de la branche secondaire, mais restait un subtil zeste prouvant que nous avions au moins un parent Kamo, malgré que nous n'ayons le sort héréditaire de la branche principale, pas comme l'individu qui se trouvait à garder cette porte ; un regard et nous savions que nous avions l'autorisation muette de rentrer. Un mouchoir fut sorti afin de poser les doigts sur la poignée et de pousser pour rentrer. Nous n'avions pas besoin d'un guide - nous savions où nous allions : dans la gueule du loup.

    Nous prenons une inspiration, nous prenons notre temps, ne serait-ce que quelques secondes, avant d'utiliser le même tissu pour recouvrir notre poing et le taper contre cette porte - celle que nous ouvrâmes pour ne plonger notre regard qu'un centième de seconde sur ce qu'il nous entourait. Nous sentions déjà de nombreuses énergies occulte et nous savions ce qu'il nous restait à faire.

    Nous baissâmes tout notre poids contre le sol, posant nos genoux à même celui-ci, nos mains sur nos cuisses, notre dos droit mais le regard baissé vers nos mains disgracieuses ; puis sans un mot, dans une simple expiration, nous mîmes nos mains sur ce sol, dégoutant, pleins de microbes et nous donnant un haut le coeur que nous réussissions à refouler pour poser notre front contre le sol, dans une révérence. Nous savions que nous allons nettoyer notre front comme si notre vie en dépendait une fois que nous serons sortis de cette pièce, mais nous ne le pouvions actuellement. Nous nous redressâmes et nous prîmes la parole.

    « 心からあなたさま の 高潔 を 尊敬する。»  
    (Je respecte du plus profond de mon cœur votre grandeur d'âme.)

    Une salutation digne de la primat blanc en face de nous, que nous ne regardions toujours pas dans les yeux, que ça soit elle, ou les subordonnés dans la pièce. Rien que nos pupilles sur nos jambes, rien que ça, pour rester à notre place, à notre statut, de simple enfant d'une branche secondaire et ayant commis un acte qui lui aurait valu le pire ; nous étions aujourd'hui, assis et bravant l'inconnu pour cette requête, cette supplication.

    « 私がここに来た理由はただひとつ。たのみたいことがほし。私は、あなたがまだ持っていないもの、あなたの知識を描写するようなものは何も持っていません。私の願いは 嘆願、あなたの慈悲、どうか私の過去を忘れてください、私の行いを忘れてください、そうすれば私はこの家族に新しい男として戻ることができます。 »
    (Je me présente devant vous pour une seule et unique raison : une demande. Je n'ai rien à vous apporter que vous n'avez déjà, rien qui ne saurait dépeindre votre savoir. Je ne souhaite qu'une chose, une supplication, votre miséricorde, oubliez mon passé, veuillez oublier mon acte pour que je puisse revenir comme un homme nouveau dans cette famille.)

    Rien que ça. Nous savions que nous en demandions énormément, mais nous ne pouvions faire autrement. Alors, nous attendîmes, sans bouger malgré nos mains qui commençaient à trembler et notre respiration qui n'allait pas tarder à devenir laborieuse, signe que notre phobie nous entraînerait une crise - parce que nous devions cela au moins pour notre femme et le fils de celle-ci ; pour qu'ils puissent vivre un peu plus dignement et être un peu plus respecté. Et cela, malgré notre faute du passé, nous nous plions et nous demandons une rédemption.
    Masaaki Kamo
    Matière et Mouvement
    Narrateur omniscient
    Rang :
    S+++
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    — Le silence éternel de ces espaces infinis [...] ;
    — L'esprit préexiste à la matière. L'esprit habite chaque atome, chaque particule. L'esprit est la partition de l'Univers, la force immatérielle qui forge la réalité concrète. Il est... [...] ;
    — [...] serait donc approprié cette capacité à être, sans naissance et sans mort, et à demeurer, hors de l'espace et du temps ;

    Ce compte est le Maître du Jeu.
    Messages :
    127
    Ryos / FE :
    10000069
    Localisation :
    Narrateur omniscient
    Mer 22 Mai - 8:23





    Taiga Kamo
    Parmi les grandes familles de l'orthodoxie, il en existe quelques unes qui, malgré tout, sortent du lot. Clan d'exorcistes séculaires, les Kamos ont évolué aux côtés de l'orthodoxie et tentent encore aujourd'hui de la façonner à leur image. ▬ Exorciste de classe 2 - Assigné à la sécurité des profanes sur le site. ▬ Place du Tempaku Ku , 14h33






    En tant qu’hôte de la fête nous étions contents de pouvoir dire qu’elle se passait bien publiquement, et personnellement nous avions réussi à profiter de cet avantage pour repérer et attirer à nous quelques éléments prometteurs. Aucun débordement à signaler, la plupart des clans participants semblaient heureux et satisfaits des activités et des places qui leurs avaient été données, tout avait été fait pour contenter le plus de monde, qu’ils se souviennent que l’organisation du clan Kamo était irréprochable.

    Cependant, malgré le zèle, l’attitude presque robotique et excessive dans l’attention du détails, il n’était pas possible de tout prévoir, et  aujourd’hui une surprise inattendue attendait le conseil. La visite d’un individu que personne ne s’attendait à revoir, un banni, un paria qui n’avait jamais fait autre chose que de trahir le clan : Masaaki Kamo.

    Dès son apparition à l’entrée du domaine, le jeune homme à qui nous avions confié le soin de filtrer les entrées et guider les arrivants nous prévint télépathiquement de l’arrivée d’une nouvelle personne. Un Kamo de la branche secondaire selon sa signature occulte, mais cela nous semblait étrange, le conseil échangeait quelques regards interrogateurs avant l’arrivée de l’homme, qui cela pouvait-il bien être ?

    C’est lorsque ses pas se firent entendre au fond du couloirs, que par réflexe nous activâmes notre détection et qu’enfin nous comprirent. Taiga (le jeune garde du temple) ne connaissait pas Masaaki, la différence d’âge entre eux expliquait cela, et le clan avait étouffé l’affaire Masaaki, le silence du concerné avait bien aidé. Des années, des décennies même sans qu’il ne fasse de vague, alors que diable voulait-il aujourd’hui ?

    Lorsqu’il poussa la porte, c’est d’un commun accord silencieux que nous vinrent le fusiller du regard. Il était strictement analysé, l’attitude de tous les membres du conseil ainsi que de la dame Nodame Kamo lui renvoyait un seul unique et message commun : Tu n’es pas le bienvenue. Cependant, nous restions silencieux, l’observant se mettre à genoux, s’incliner promptement en présentant ses hommages et respect à notre cheffe. Après tout, une seule question nous brûlaient tous les lèvres, et il allait devoir nous délivrer une réponse satisfaisante. Ses salutations ne furent accueillis que par un silence plus oppressant encore, quelques secondes encore de pression supplémentaire avant qu’il n’ose enfin évoquer les raisons de sa présence ici.



    - Je me présente devant vous pour une seule et unique raison : une demande. Je n'ai rien à vous apporter que vous n'avez déjà, rien qui ne saurait dépeindre votre savoir. Je ne souhaite qu'une chose, une supplication, votre miséricorde, oublier mon passé, veuillez oublier mon acte pour que je puisse revenir comme un homme nouveau dans cette famille.

    Le pardon ? Cet homme venait chercher le pardon ? Après des années passés au plus bas de l’échelle de l’exorcisme, il avait enfin la volonté d’espérer plus ? Ou plutôt, le désespoir de revenir vers le clan qu’il avait déçu, trahi. Des regards furent échangés parmi les conseillers, les avis divergeaient, nul besoin de débat pour le savoir. Je prenais moi même un temps de réflexion, Nodame restait silencieuse, attendant nos avis et propositions, elle semblait peu s’intéresser à cette histoire et se contentait de regarder Masaaki, sans sourciller elle le fixait. Dévorant son âme du regard, à la recherche de quelque chose, une chose imperceptible que je ne comprenais guère, j’avais fini par comprendre que je ne la comprendrais probablement jamais Nodame, elle était d’une autre classe.

    - Masaaki, tu n’as apporté que honte et disgrâce sur le clan Kamo, trahissant les tiens, omettant les trahisons au gré d’un simple désir juvénile. Personnellement, comme tu le dis si bien, je ne vois pas ce que tu apporterais à cette famille, et je ne vois pas pourquoi nous devrions lever ton bannissement.

    Kurotsuchi était un homme strict, ancien recteur général, membre du Sankai depuis des années, et père de trois fils porteur du sort héréditaire, il possédait une forte influence au sein de notre clan. Pourtant, je voyais certains visages désapprouver, il avait raison en partie, mais tous n’était pas d’accord, et moi le premier.

    - Kurotsuchi-san, je partage votre vision de la honte et de la disgrâce apportée par Masaaki. Cependant, n’oublions pas mes frères qu’il n’était qu’un enfant au moment des faits. J’entends déjà vos contestations, et je les comprends, croyez-moi. Dis-je pour couper l’herbe sous le pied des autres membres du conseil avant même leurs interventions.
    - Cependant, je pense qu’il serait stupide de ne pas lui laisser une seconde chance.

    - Vous êtes fou ?!

    - Pour qu’il humilie encore le clan ?!


    Des contestations s’élevèrent dans la salle, preuve que pour nombre d’entre eux, la rédemption n’était pas une option envisageable. Alors que la situation commençait à s’enliser, enterrée sous un brouhaha de plus en plus fort. La voix de Nodame Kamo vint s’élever pour ramener le silence.

    - Il suffit. À peine ses mots furent prononcés qu’un silence de cathédrale s’imposa à nouveau.
    Tadao, développe ta pensée, quel intérêt pourrions-nous y trouver ?

    - Kamo-Sama, merci de votre considération. Commençais-je. - Il me semble que Masaaki porte toujours le nom Kamo n’est-ce pas ? En somme, son bannissement n’efface pas entièrement son appartenance à notre famille, et son poste actuel, vous êtes agent d’entretien si je ne m’abuse ? Demandais-je rhétoriquement à Masaaki avant de continuer. Je ne pense pas que voir un “Kamo” à ce poste, d’autant plus  à Tokyo,  ne soit une bonne image pour nous, n’est-ce pas ? Mes compères acquiescèrent bien qu’il restait dubitatifs quant à la suite de mon argumentaire. Alors voilà ce que j’imaginais, pourquoi ne pas l’intégrer à la garde de Nagoya ? Là-bas, il fera ses preuves, et s' il se montre utile, qu’il porte le nom des Kamo fièrement et apporte la gloire plutôt que la honte, nous pourrions réfléchir à le réintégrer.

    Un léger silence s’installa, le conseil réfléchissait. Après tout, nous ne prenions aucun risque et cela ne pouvait être que positif pour nous. S' il n’était pas efficace nous refuserions sa demande, s' il venait à mourir nous en serions débarrassés et s' il réalisait des exploits, nous le revendiquerions au nom du clan Kamo, une situation gagnante à tous les coups.


    Après quelques secondes de réflexion, le silence fut brisé par Daichi Kamo, actuel chef de la garde de Nagoya et membre de la branche principale.

    - Kamo-Sama, moi Daichi Kamo, chef de la garde de Nagoya appuyons l’idée de Tadao. Masaaki sera mis à l’épreuve sur le front, renforcer nos rangs n’est jamais une mauvaise idée. Nous attendons votre accord et votre décision à ce sujet.


    Daichi était un homme intelligent, en plus d’être très puissant. Il avait compris l’intérêt de cette situation et voyait aussi probablement là une occasion de développer encore un peu son influence. Nodame acquiesça faiblement de la tête, venant déposer son regard une dernière fois sur Masaaki.

    - Redresse toi désormais Masaaki. Voilà donc le destin qui t’es réservé. Nous te laissons trois jours pour préparer tes affaires, quitter Tokyo et rejoindre la garde de Nagoya. Ton bannissement du clan n’est pas levé, mais nous mettrons à ta disposition un logement pour ta famille en attendant des retours positifs. Tadao prendra contact avec toi pour te communiquer l’adresse du bien. J'acquiesçais d’un mouvement de tête. Tu peux y aller désormais.

    L’autorisation était en fait un ordre, lui intimant de quitter les lieux. Ils en avaient finit avec lui, l’avenir seul nous dirait ce qu’il adviendra de Masaaki. Alors que l’homme s’apprêtait à pousser la porte pour quitter l’endroit, la voix de la cheffe s’éleva une dernière fois.

    - J’espère que tu es conscient du cadeau que nous te faisons, ne nous déçoit pas Masaaki.



    Résultat de l’événement
    Masaaki, suite à ta demande, le clan Kamo te met à l’épreuve, refusant de te réintégrer aussi facilement, il t’impose de t’engager dans la garde de Nagoya et d’y faire tes preuves pour espérer être réintégrer dans le clan.
    - Si tu l’accepte ta localisation sera donc déplacé de Tokyo à Nagoya, tu rentreras dans la garde en tant que simple soldat.
    - Si tu refuses, toute possibilité de pardon sera désormais impossible.

    Tu gagnes également 25 Points d'Influence (PI)


    Matière et Mouvement
    https://www.jjk-rpg.com
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: