JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    V/O.R : Virtual or Occult Reality ? | Demande de Missionpar Matière et MouvementMar 23 Avr - 17:07
    Blinded by the lights [PV: Sawada Yahiru]par Yahiru SawadaLun 22 Avr - 6:12
    T.O.K.Y.O NOIRE ▬ Ringo & Yahirupar Yahiru SawadaLun 22 Avr - 4:51
    CEREMONIE ▬ LA CEREMONIE DU GIpar Ringo ShinjitsuDim 21 Avr - 19:42
    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMOpar Masaaki KamoDim 21 Avr - 17:53
    F. Progression Renzo Joupar Renzo JouDim 21 Avr - 14:26
    renzo jou || starboy (100%)par Temps et EspaceDim 21 Avr - 11:58
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Shuhei JouDim 21 Avr - 11:20
    CELEBRATION FLEAUX ▬ LES 64 HEXAGRAMMES DE LA GUERREpar Keisuke SakamotoSam 20 Avr - 23:55
    F. Progression Lewis Crownpar Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:27
    Lewis Crown. [ Terminée ]par Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:00
    Haunting shadows [PV: Tengen]par Tengen JouSam 20 Avr - 17:41
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementVen 19 Avr - 2:33
    Le Deal du moment : -50%
    -50% Baskets Nike Air Huarache Runner
    Voir le deal
    69.99 €

    Liyu Igarashi
    Manager de créateurs de contenu
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    12
    Ryos :
    606
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Tokyo
    Manager de créateurs de contenu
    Sam 10 Fév - 8:31


    what the hell are morals


    Veuve dévastée par la perte de son mari, voilà le rôle que tu endosses depuis ce jour où les policiers t’ont annoncé sa mort, son corps retrouvé au fond d’une ruelle sombre, le visage tellement abîmé qu’il en était presque méconnaissable. Tu te souviens être fondue en larme, ce matin-là, d’avoir longtemps pleuré dans les bras de l’agent de l’ordre qui n’osait pas te brusquer, toi pauvre malheureuse qui venait de tout perdre en une fraction de seconde à peine. Et si une enquête fut ouverte, elle fut rapidement fermée avec une conclusion toute simple, qui semblait être l’évidence. Car quand bien même se font-ils plus rares, il a tout simplement été victime de quelques criminels mal organisés qui en avaient pour son argent, le corps ayant après tout été dépouillé de tous ses effets personnels, et même de ses vêtements.

    Et pourtant, tu ne semblais pas y trouver réconfort, dans cette conclusion qui ne te convenait pas. Ou, plutôt, dans la conclusion que les coupables ne seraient jamais traînés en justice parce que nul ne pouvait les identifier. Déçue du système en place, toi qui a pourtant toujours eu ces discours patriotiques, voilà que tu as décidé de prendre les choses en mains, pour que s’ils ne pouvaient pas t’aider, alors soit.

    Tu trouverais quelqu’un capable de le faire.
    Quelqu’un qui vengerait la mort de ton mari.

    Un détective privé, donc, qui ne saurait rien de l’implication que tu as eu dans cette triste mort, les coupables de l’autre côté de ce voile qui préserve les humains. Des fléaux, monstres se nourrissant de malheur, à qui tu as offert un festin cette soirée-là, leur permettant de se délecter de la peur du malheureux qu’ils ont torturé. Un plaisir pour eux.

    Une nuisance en moins pour toi.

    Un maquillage léger, naturel, qui est pourtant venu rougir tes yeux et assombrir ces cernes, pour donner une impression de fatigue à ce rôle que tu joues depuis plusieurs mois déjà, si triste de la perte du seul homme que tu as pu aimer, âme soeur t’ayant été arraché. Une tenue plus négligée, différente de celles que tu arbores en public, un jogging ainsi qu’un pull trop grand pour toi. Le sien, qu’on peut deviner. Parce qu’il ne sert à rien d’entretenir les apparences dans le coeur de ton foyer, cette maison qui fut la vôtre et qui aurait dû accueillir votre joyeuse petite famille en devenir. L’heure du rendez-vous approche et alors que l’aiguille arrive sur le deux, annonçant quatorze heures, tu as déjà de l’eau sur le feu, prête à offrir du thé à ton invité.

    Celui supposé résoudre tous tes problèmes.

    Que tu vas accueillir lorsque sa présence t’est signifiée au travers cette caméra qui surveille l’entrée de la maison, à l’extérieur. Jamais trop prudent, surtout alors que tu es une jeune femme vivant désormais seule. Tu ouvres la porte, l’esquisse d’un sourire sur les lèvres, ta longue chevelure pâle attachée en un chignon lâche. Je vous remercie de vous être déplacés jusqu’ici. Je passe déjà trop de temps à l’extérieur au quotidien, je n’avais pas l’énergie de prétendre le temps d’un repas. Sourire presque agréable, donc. Reconnaissant, surtout.

    Tandis que tu lui fais signe de te suivre.
    Puis-je vous offrir du thé ?

    Lui laisser le temps d’arriver avant d’entrer dans le vif du sujet.




    Liyu Igarashi
    https://www.jjk-rpg.com/t5-stone-cold-bitch-liyu-termineewelzy
    Jin Kazehara
    Détective de l'Orthodoxie
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    3
    Ryos :
    300
    Fragments d'Emotions :
    0
    Détective de l'Orthodoxie
    Lun 12 Fév - 6:22



    Recevant une nouvelle proposition d’enquête, Jin avait longuement pris le temps de réfléchir avant d’accepter de s’y pencher. N’aimant pas forcément la nature de ce type d’enquête, il devait avouer l’avoir presque décliné. Pourtant, il ne l'avait pas fait, préférant prendre le temps d’établir un filtre primaire avant de prendre une décision finale.

    Si la nature de l’enquête était loin d’être ce qu’il préférait, le fait de devoir rencontrer la cliente à son domicile lui plaisait encore moins. Pourtant, il avait l’habitude étant donné la nature relativement secrète de bien des enquêtes. Confidentielle à bien des égards, Jin n’avait pas toujours son mot à dire sur le lieu de rencontre étant donné que rencontrer son mandataire en lieu de confiance lui permettait généralement d’en apprendre davantage. Lui permettant de mieux faire son travail, il était toutefois rare que le lieu choisi représente l'une de ses préférences. Jin préférait les parcs, jardins, musées et les cafés. Pourtant, ses clients préféraient tous le rencontrer dans leurs bureaux, à leur domicile ou dans un restaurant...

    Se présentant ainsi chez sa cliente de manière assez formelle, Jin portait un complet aussi sombre que la nuit. Seule l’absence de cravate le rendait quelque peu décontracté alors qu’à son dos se trouvait une arme fraîchement scellée dans son fourreau. Sombre comme la nuit, il était clair et net qu’il ne comptait pas s’en servir. Simplement, il préférait éviter de se présenter à un premier rendez-vous sans être un moindrement équipé.

    Arme factice ou réelle ? Cela le concernait, lui et lui seul.

    -Je comprends.

    Répondant à l'accueil assez chaleureux de manière assez brève, à défaut d’être bavard, l’enquêteur s’était permis d’observer les lieux dans lesquels il lui était donné de pénétrer. Ayant un certain cachet, ce n’est qu’après de brèves observations qu’il prit le temps de mémoriser l’apparence de sa cliente. Ne portant aucun jugement, on aurait presque dit un robot s’adonnant à l'élaboration d'un portrait d’une personne. En effet, s’étant arrêté pendant plus de 10 secondes alors qu’une question simple lui avait été posée, il se décida finalement de répondre, une fois les informations pertinentes emmagasinées.

    -Pourquoi pas ?

    Sachant pertinemment qu’il n’allait pas boire une seule goutte de ce thé, bien qu’il n’avait pas peur des poisons ou toute autre sorte de substance pouvant altérer ses perceptions, c’était pour lui une manière de gagner du temps et de mémoriser tout ce qui lui était donné d’observer avant d’entrer dans la phase plus profonde de l’entrevue. Après tout, le travail d’un enquêteur comme lui commençait dès la seconde où on demandait ses services. De la manière dont le mandataire apportait le sujet à l’ensemble des informations qui lui étaient fournies, Jin travaillait déjà.

    Lourd en charge mentale, ce n’était pas pour rien qu’il refusait beaucoup de mandats. Il savait ce qu’il aimait et ce qu’il n’aimait pas. Plus important encore : il cherchait à savoir s'il apporterait la moindre valeur ajoutée.

    -Toutes mes condoléances concernant le décès de votre mari. Si ça peut vous rassurer, vous n’avez pas besoin de prétendre en ma compagnie. Je tâcherais aussi d’en faire de même si vous permettez.

    S’asseyant sur le premier siège qu’il croisa, n’étant pas forcément invité à prendre place, le Kazehara s’installa tout de même en amenant sa jambe gauche sur son genou droit. En profitant pour déposer son arme de manière à ce qu’elle repose sur le plancher à portée de main de sa personne, il poursuivit le dialogue. Ne pouvant s'empêcher de se demander pourquoi elle semblait éprouvait la nécessité de prétendre lors d'une éventuelle rencontre extérieure, il freina temporairement son analyse.

    what the hell are morals (jin) Jinrp10
    -Dites-moi tout ce que vous savez concernant son décès et les enquêtes précédentes à ce sujet.

    Relativement brusque, en temps normal, il était clair qu’un détective aurait pris le temps d’apprendre à connaître son client. Amorçant graduellement la conversation de manière à établir un lien facilitant la suite des choses, la normalité voulait qu’il participe aussi à cette structure. Pourtant, Jin ne le faisait pas. Ne se préoccupant aucunement des apparences, il préférait aller droit au but quitte à bousculer un peu son interlocutrice. Après tout, lui aussi il ne prétendait pas. Il n'avait pas le temps ni l'envie.

    -J’aimerais ensuite savoir si vous connaissez des gens ayant eu de mauvaises intentions à l’égard de votre mari ou à votre encore avant l’événement.
    Jin Kazehara
    Liyu Igarashi
    Manager de créateurs de contenu
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    12
    Ryos :
    606
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Tokyo
    Manager de créateurs de contenu
    Lun 12 Fév - 6:58


    what the hell are morals


    Il accepte le thé, invitation qui lui a été faite pour être polie et pour laquelle tu étais préparée. Tu t’éloignes alors de quelques pas, direction la cuisine, alors que sa voix te parvient encore, lui semblant s’être arrêté sur l’un des confortables canapés du salon. Des condoléances, comme tu en as l’habitude, la perte de ton mari bien évidemment tragique pour la jeune femme que tu es. Après tout, n’ayant même pas encore atteint la trentaine, la vie s’offrait à vous et votre petite famille qui aurait dû voir le jour, ribambelle d’enfants qu’il n’y aura finalement jamais.

    Encore heureux.
    Plutôt mourir que de tomber enceinte.

    Pire encore de devoir les supporter, ces enfants. Les élever. Les avoir dans les pattes au quotidien et… Non. Heureusement qu’il n’est plus là pour te murmurer Ô combien il serait ravi d’être père et Ô combien il rêverait qu’ils héritent tous de tes yeux, de ces prunelles dorées qui l’ont captivé dès votre première rencontre. Merci. D’une voix égale. Polie. Voir peut-être un peu détachée, mais qui n’essaierait pas de créer une certaine distance lorsque le sujet ne cesse de revenir à la mort de l’être aimé ? J’apprécie. Il se montre aimable, courtois, te donne sa bénédiction pour que tu n’ais pas à te prendre davantage la tête avec ces jeux de prétention qui sont souvent importants pour quelqu’un de ta classe sociale, mal paraître pouvait être dangereux pour la réputation.

    Tu reviens alors vers le salon avec deux tasses de thé fumantes, déposant la sienne sur la table basse devant lui avant d’aller toi-même t’asseoir sur le sofa lui faisant face. Tes jambes ramenées sous toi, tu t’inclines un peu sur le côté, posant ton coude sur l’accoudoire, ta tête venant se déposer dans ta main ouverte, l’autre occupée à tenir ton thé. J’avais prévu discuter à la cuisine donc j’y ai laissé tous les documents que j’ai pu garder, mais… Semblant réfléchir, l’air de te dire que les documents pouvaient attendre. Je sais qu’il est mort dans la nuit et on m’a dit que, compte tenu de son état, ils étaient sans doute plusieurs sur lui et auraient continué après qu’il soit mort. La voix légèrement tremblante.

    Émotive, alors que tu abordes un sujet se voulant difficile.

    Ils n’ont jamais pu identifier de coupables. Un soupir s’échappant de tes lèvres, le regard attristé, bien qu’on pourrait y lire cette flamme qui brûle doucement, une colère que tu sembles vouloir étouffer. Il n’a jamais eu droit à une réelle justice. À ce que ses agresseurs soient condamnés, individus qui ne méritent pas la liberté. Et je ne sais pas, pour les gens qui pourraient lui vouloir du mal. J’imagine que oui ? Enfin, il était un investisseur et faisait aussi des prêts d’argent. De ces prêts pour ceux qui n’arrivent pas à emprunter à la banque, avec des taux exorbitants. Faisant de l’argent sur le dos des plus démunis, donc.

    Un couple de bonnes personnes, vous deux, bien évidemment.

    Et même s’il se concentrait surtout à aider les… Moins bien nantis. Aider, oui. Un homme altruiste, ça ne fait aucun doute. Certains pouvaient se montrer contrarier de ses méthodes. Tu as eu de la chance, finalement, lorsque tu es tombée sur lui.

    De la chance qu’il ne soit pas un homme bon et juste.
    Que sa mort n’ait finalement rien de surprenant.



    Liyu Igarashi
    https://www.jjk-rpg.com/t5-stone-cold-bitch-liyu-termineewelzy
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: