JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    V/O.R : Virtual or Occult Reality ? | Demande de Missionpar Matière et MouvementMar 23 Avr - 17:07
    Blinded by the lights [PV: Sawada Yahiru]par Yahiru SawadaLun 22 Avr - 6:12
    T.O.K.Y.O NOIRE ▬ Ringo & Yahirupar Yahiru SawadaLun 22 Avr - 4:51
    CEREMONIE ▬ LA CEREMONIE DU GIpar Ringo ShinjitsuDim 21 Avr - 19:42
    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMOpar Masaaki KamoDim 21 Avr - 17:53
    F. Progression Renzo Joupar Renzo JouDim 21 Avr - 14:26
    renzo jou || starboy (100%)par Temps et EspaceDim 21 Avr - 11:58
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Shuhei JouDim 21 Avr - 11:20
    CELEBRATION FLEAUX ▬ LES 64 HEXAGRAMMES DE LA GUERREpar Keisuke SakamotoSam 20 Avr - 23:55
    F. Progression Lewis Crownpar Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:27
    Lewis Crown. [ Terminée ]par Temps et EspaceSam 20 Avr - 23:00
    Haunting shadows [PV: Tengen]par Tengen JouSam 20 Avr - 17:41
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementVen 19 Avr - 2:33
    Le deal à ne pas rater :
    Réassort du coffret Pokémon 151 Électhor-ex : où l’acheter ?
    Voir le deal

    Kirai Shareke
    Élève de Nagoya
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    16
    Ryos :
    850
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kansai
    Élève de Nagoya
    Dim 25 Fév - 17:14

    Sa main se resserre sur ses armes, glissant légèrement à cause de la pluie battante qui s'abat sur l'académie depuis plusieurs heures. Comment en est-il arrivé là ? L'orgueil disent certains, la folie racontent d'autres. La vérité n'est autre que celle qui se dessine face à l'assemblée qui s'est réuni pour jauger celui qui, jusqu'à là, s'est préservé de toute émulation.

    Les cheveux détrempés tombant sur son visage n'arrive pas à cacher son adversaire. Cet homme, ou plutôt cette chose se dresse face à lui, sans montrer le moindre signe de fatigue. Kirai quant à lui, pose ses avant-bras sur ses cuisses, la poitrine haletante, il cherche à reprendre son souffle, sans pour autant poser ses genoux à terre. Un geste inconcevable qui lui vaudrait une défaite immédiate. Il n'en est pas question. Profitant de ce moment de répit, il scrute son vis-à-vis sans y déceler la moindre faiblesse. Impossible, son esprit doit lui jouer des tours. Il doit bien y avoir un moyen de tourner le combat à son avantage. Mais plus il cherche, plus la vérité sur la situation s'éclaire et lui lacère le cœur. Il va perdre... encore.

    ~ Un an et demi plus tôt ~

    Le jeune exorciste venait d'arriver il y a quelques semaines à l'Académie de Nagoya. D'un naturel discret, il ne s'était jamais vraiment fait remarquer, préférant le silence aux grandes bravades de ses pairs au tempérament plus tumultueux. Pourtant, ce jour-là, il régnait une certaine atmosphère au sein de la classe. Les plus belliqueux voulait se mesurer à leurs camarades de classes dans un tournoi amicale. Une attitude qui n'a rien d'étonnant lorsque l'on connaît la ligne éducative de cette école, si bien que le professeur principale proposa à tous les élèves de choisir à tour de rôle leur adversaire, qui pouvait, ou non, accepter le défi au risque de se voir couvert de honte. Une phrase sommes toutes banales, mais pas au sein de la Forteresse Kamo. Refuser un combat, c'était prouver sa faiblesse et par procuration, risquer de ne pas pouvoir passer à une classe supérieur. Le vil enseignant en avait conscience et semblait bien s'amuser de cette situation. Tour à tour, les élèves choisirent leur binôme, certains pour s'amuser, d'autres pour régler quelques comptes restés en suspends depuis trop longtemps.

    Mais dans la silence du fond de la classe, personne ne s'était levé pour défier le jeune homme au traits féminin, dont les cheveux blonds étaient aujourd'hui coiffées en une simple queue de cheval. L'esprit plongé dans ses pensées, il regardait et jaugeai chacune des personnes qui se trouvait dans cette salle, sans considérer la moindre d'entre elle comme digne d'intérêt. Il y avait bien Tengen Jou, qui aurait pu faire une proie intéressante, mais elle s'était déjà trouvé une proie. Pauvre Gin. À y repenser, peut-être qu'il aurait pu être un bon défouloir. Mais non.

    Au fond de son âme, Kirai savait très bien sur qui il allait jeter son dévolu. Et dans un silence religieux, il se leva, traversant le vacarme de la salle de classe pour se diriger d'un pas léger jusqu'à l'avance de la salle. Ses pieds s'arrêtèrent, créant un instant d'incompréhension chez certains élèves qui s'étaient tût pour écouter ce que le plus effacé de leur camarade allait bien pouvoir demander à leur professeur.

    « Meiyo no kettō ! »

    Le brouhaha laissa place à un silence de mort tandis que tous regardait vers celui qui venait de défier dans un duel à mort leur enseignant. Quelques uns des élèves protestaient, jugeant l'action d'une grande indignité, pour autant, une demande venait d'être formulé.

    Et Mennochio Koutestu devait y répondre.
    Kirai Shareke
    Menocchio Koutetsu
    Professeur à Nagoya
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Métis italo-japonais a la peau calciné, Menocchio est un exorciste cruel autant pour ses étudiants que pour les fléaux.
    Manipulateur et sadique, il recherche le moyen de retrouver l'amour de sa femme et son apparence, même si cela irait jusqu'à trahir le clan qui lui a tout donné et à qui il obéit aveuglement ...
    Messages :
    24
    Ryos :
    3053
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    KANSAI
    Professeur à Nagoya
    Mar 5 Mar - 18:33
    De  sueurs et de sangs ft. SHAREKE KIRAI

    L’assourdissant tambour des perles de pluies trempant le sol se mêlait au lancinant métronome des battements de cœur de Menocchio.

    Derrière le terrifiant masque aux allures mortuaires, le métis souriait de toutes ses dents. Il jubilait de cet affrontement, il jubilait de pouvoir démontrer à toute l’assemblée estudiantine sa supériorité. Il jubilait de pouvoir dresser un élève qui jusque-là, c’était révélé un peu trop récalcitrant aux yeux du grand brûlé.

    « Abandonnez donc Monsieur Shareke, vous en avez assez fait, disait la voix rauque et froide du professeur. La conclusion de cet affrontement sera la même que le précédent. »

    Devoir battre deux fois le même chien déplaisait à Menocchio qui avait la sainte horreur de se répéter. Mais c’était aussi l’occasion de montrer à tous ces vulgaires étudiants au talent limité, ce qu’était réellement de l’exorcisme et pourquoi jamais, au grand jamais ils ne devraient s’interposer entre lui et quoi que ce soit.

    Il était l’occasion de dresser tous ces pathétiques chiens incapables pour leur inculquer un peu de savoir. Il devait faire un exemple clair et précis. Cruel et impitoyable, Menocchio était décidé à frapper fort. Il n’en avait que faire que ce soit contre son élève qu’il allait se battre, ni que lui comme le jeune homme risquait leurs vies, il devait le faire pour plusieurs raisons.

    La première raison était de la pure jalousie, car la longue chevelure du jeune homme essoufflé devant lui ressemblait beaucoup à celle que le métis avait, enfin, avant qu’il ne soit horriblement défiguré à vie et qu’il ne ressemble à un monstre.

    La seconde raison était, l’insupportable comportement antihiérarchique que Kirai Shareke ne cessait d’avoir, allant jusqu’à défier son professeur. C’était une insulte bien suffisante pour que Menocchio veuille l’écraser comme un cafard et le mater comme on mate un chien. À bien y réfléchir, le métis détestait Kirai, comme il détestait chaque étudiant qui ne suivait pas rigoureusement et scrupuleusement les attentes inaccessibles du professeur.

    La dernière raison, sûrement la pire, était que Menocchio était content de pouvoir se défouler, de faire jaillir et pulser l’énergie occulte dans tout son corps. Le métis adorait se battre et écraser ses adversaires, plus les fléaux que les humains, mais il savait faire des exceptions de temps en temps.

    Menocchio savait qu’il risquait sa vie à faire monter la tension entre lui et son élève, en cherchant à le ridiculiser devant tous, il attendait à ce que la vitesse supérieure passe et que l’affrontement dégénère. Le métis n’était pas stupide, il savait très bien que son élève était fort et possédait bien assez d’énergie occulte pour être un danger, même pour lui, exorciste de classe 1. En tant qu’exorciste accomplis, il savait lire le niveau d’énergie occulte de tous et le niveau de l’étudiant était assez correct pour que le métis puisse le reconnaître à voix haute en d’autres occasions. C’était dire à quel point Menocchio ne prenait pas à la légère, ni l’étudiant, ni ce combat. Mais le but n’était pas que de remettre Kirai à sa place, non c’était de prendre l’ascendant psychologique sur tous les élèves de tout le lycée, pour pouvoir tous les contrôler, avoir du pouvoir sur eux.

    Au royaume de la violence éducative et de la perfection académique que représentait l’académie d’exorcisme de Nagoya, Menocchio comptait bien en être un des rois, invaincu et incontesté.

    « Je suis votre professeur, vous n’êtes qu’un étudiant, nous ne jouons pas dans la même cour.
    Dit-il en approchant sa large main de l’étudiant, pour l’aider à se relever. Reconnaissez que je vous suis supérieur et je serais indulgent. »

    Plus que tout, malgré ces paroles, Menocchio espérait que Kirai allait se relever, reprendre du poil de la bête et l’affronter. Il voulait savoir à quel point l’étudiant avait progressé, pour savoir s’il était devenu un exorciste plus accompli à même de survivre.

    Le métis les détestait tous, les méprisaient, mais pour autant, il souhaitait plus que tout, qu’aucun ne meurt, ni contre lui, pendant qu’il les dressait, ni contre un fléau. Il ne souhaitait à personne ce que lui avait vécu, perdre son apparence, comme l’amour de sa vie, même pas à ces petits feignants d’étudiants.

    Ainsi, Menocchio patientait, la fièvre du combat montait lentement. Il était presque heureux du comportement de Kirai, qui lui donnait une latitude complète d’excuse pour mener à bien son travail de professeur.



    Fiche de synthèse

    Menocchio Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t17-le-fromage-et-les-vers-koutetsu-menocchio-termine
    Kirai Shareke
    Élève de Nagoya
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    16
    Ryos :
    850
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kansai
    Élève de Nagoya
    Lun 18 Mar - 19:34
    Les paroles du professeur transcendent le brouhaha de la pluie battante. Plus glacée que cette dernière, chaque mots tranchent et lacèrent le cœur de l'étudiant qui s'emballe. Abandonner ? La fausse compassion du monstre-exorciste pousse son élève à serrer des dents, profitant de sa chevelure obstruant son visage pour cacher sa colère. Comment a-t-il pu le mettre dans un tel état aussi rapidement ? Quelque chose ne va pas. Il était pourtant si sûr de pouvoir mieux faire, pour autant, il n'a fallu qu'un bref échange pour faire comprendre à l'éphèbe que la combat est perdu d'avance. Une vérité qui s'insinue dans son esprit, comme un ver se nourrissant de ses craintes et plongeant plus profondément dans son cerveau. Un parasite. Un virus. Qu'importe la formulation, Kirai commence à douter. Est-il seulement capable de le battre ? Le doute se repends dans son être, faisant trembler tout ses muscles. Est-ce de la peur ? Non. Pas comme ça. Pas maintenant.

    Une main se tend alors vers lui. La promesse d'un pardon pour un excès de fierté et de témérité. La prendre permet de mettre fin à ce combat sans plus de souffrance. Pour autant, le prix a payer est lourd. Mais le jeune exorciste sait ce qui l'attend s'il ne la prend pas. Il a déjà subit le courroux du professeur dont la cruauté n'a que peu d'égal. Sa réputation, pour ainsi dire, n'est qu'un piètre croquis de l'immensité de son sadisme et de la puissance dont il est capable, le corps de Kirai s'en souviens que trop bien.

    C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'arrive pas à se relever. Plus que la douleur, c'est l'appréhension qui le plonge dans une inertie désagréable, son corps refusant toute action qui peut découler sur une riposte de son adversaire... C'est à cela que le garçon reconnaît la puissance de son vis-à-vis, et la raison pour laquelle, il s'en veut de sa propre faiblesse.

    Mais alors que tout semble jouer, et que l'esprit de l'apprenant exorciste tend vers la rédemption, Menocchio Koutetsu se décide à prononcer deux phrases. Un duo d'ensembles de mots qui brisent en un instant la pensée du jeune homme qui, doucement, baisse la tête vers le sol.


    Son corps mouvant au rythme de sa respiration saccadé trouve doucement le calme, tout comme ses muscles qui, jusqu'à alors, étaient crispés. Quittant ses appuies, l'élève se redresse de lui-même, doucement, le visage toujours caché par sa chevelure encrassée de boue, il recule, marquant une distance d'une dizaine de pas entre lui et son professeur. Ses doigts plongent dans ses cheveux et les éjectent vers l'arrière, laissant apparaître le visage déterminé du guerrier qui n'a pas dit son dernier mot. D'un geste sûr, ses mains se saisissent de ses deux lames gisant dans son dos, les extirpant de leurs fourreaux, laissant le grincement du métal s'harmoniser avec la pluie qui continu de tomber. Pommeau contre pommeau, il les présentent devant son visage, créant un pont entre la terre et le ciel, son front se posant délicatement sur la lame de son katana-rapière alors que ses yeux se ferment.

    « Qui vit la mort... jouit d'une longue vie. »

    Ses dernières paroles sont accentués par ses paupières s'ouvrant sur un regard déterminé. D'un geste vif, il se met en garde, positionnant son pied droit en arrière, son corps légèrement de travers alors que se dresse au dessus de sa tête son katana dans sa main droite, et qu'il brandit devant son visage son épée courbée.

    « Indulgent ? Je pense plutôt que vous avez peur de perdre face à moi professeur. »

    Ses paroles sont accentuées par une aura sombre et bleutée qui s'étend tout autour du bretteur et de ses armes. Il n'est plus question de jouer dorénavant. L'élève ayant déjà commencé la mise à mort de son professeur.

    Promptement, son corps se penche vers l'avant, laissant tout son poids se poser sur son pied gauche qui s'enfonce légèrement dans le sol. Contractant l'entièreté de ses muscles, l'élève déclenche son premier mouvement, parcourant en un saut rapide et brutale la distance qui le sépare de son adversaire. Il n'est pas question ici d'un assaut surprise, ou de prendre à revers Menocchio, non. La seule pensée qui dorénavant guide les geste de Kirai, n'est autre que celle de détruire l'homme qui a osé se prétendre supérieur à lui et ce, qu'importe les moyens utilisés, qu'il soit son professeur ou non.

    C'est ainsi qu'en arrivant à son niveau, l'épée courbée répondant au nom d'Hitagi parcours dans un arc de cercle horizontale la distance le séparant du monstre-exorciste, tranchant dans sa course les gouttes d'eaux tombantes sur la scène dans un sifflement strident. Un bruit qui n'arrive pas à cacher le Katana-rapière nommé Tsumi, qui suit la même course dans l'ombre de sa sœur à une micro-seconde d'intervalle.

    Allait-il toucher sa cible ? Rien n'était moins sûr que ce premier assaut. Pour autant, cela marquait un tournant décisif dans la relation entre les deux hommes. Au-delà du professeur à surpasser pour atteindre son but, Menocchio Koutetsu s'était, par ses paroles, hisser au statut de cible à abattre.


    Fiche de synthèse

    Kirai Shareke
    Menocchio Koutetsu
    Professeur à Nagoya
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Métis italo-japonais a la peau calciné, Menocchio est un exorciste cruel autant pour ses étudiants que pour les fléaux.
    Manipulateur et sadique, il recherche le moyen de retrouver l'amour de sa femme et son apparence, même si cela irait jusqu'à trahir le clan qui lui a tout donné et à qui il obéit aveuglement ...
    Messages :
    24
    Ryos :
    3053
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    KANSAI
    Professeur à Nagoya
    Mer 20 Mar - 11:18
    De  sueurs et de sangs ft. SHAREKE KIRAI

    Jamais Kirai n’attrapa la main de Menocchio, qui se referma sans preuve d’abandon du jeune homme. Celui-ci avait d’ores et déjà fais siffler le chant de l’acier en dégainant ces lames, se préparant à se battre.

    « Vous êtes ainsi décidé à échouer encore une fois. »

    La voix du professeur n’était pas aussi froide qu’à son habitude, car il savait qu’il avait gagné : il jubilait. Kirai avait fait exactement ce qu’il avait espéré, il l’avait manipulé avec une facilité déconcertante, s’en était presque trop facile.

    Le métis pouvait le punir avec l’intensité et la violence qu’il désirait. Il pouvait le mutiler et le maltraité pour lui apprendre les bonnes manières,.

    De toute façon, aucun abandon ne l’aurait sauvé.

    Cette main tendue était un odieux piège orchestré le grand brûlé.

    La seule indulgence dont avait parlé le métis était une punition moins terrible que le combat à mort qui allait s’engager.

    L’étudiant était allé trop loin. Il n’aurait pas pu accéder au pardon de son professeur. Cela ne marchait pas comme ça, c’était trop simple.

    Le simple fait d’avoir formulé l’envie de le défier avait donné au grand brûlé, la farouche volonté de brisé Kirai comme une brindille. Une fois qu’il était décidé, Menocchio ne changeait pas d’avis. Il n’y avait donc pas de retour en arrière possible.

    Le sang allait couler et la fièvre les dévorer.

    La pluie allait être témoin de ce sanglant affrontement.

    Semblant habité d’une énergie nouvelle, l’étudiant se permis même d’oser dire que c’était le métis qui avait peur de perdre, tout en faisant miroiter ces lames d’énergies occultes. Menocchio trouva ça culotté de la part de quelqu’un, qui quelques instants avant, semblait presque prêt à fuir pour aller se réfugier dans les jupons de sa mère. C’était néanmoins si drôle qu’une sinistre quinte de rire vint se mêler au concerto des larmes de pluies.


    « AHAHAH ! Continuez donc de croire à vos chimères iillusoires Monsieur Shareke ! »


    La voix du métis était posée, aucune rage n’émanait de sa gorge rauque. Il semblait imperturbable, comme une montagne se dressant fièrement. Si Kirai avait voulu le faire sombrer dans la colère, c’était un échec. Il n’avait aucune raison de s’énerver pour des mensonges aussi pitoyables et ridicules.

    À quoi bon s’énerver alors qu’à la fin de la journée, l’étudiant auras été écrasé ?

    La finalité de cet affrontement était déjà connue : Menocchio allait triompher. La seule inconnue était la résistance de l’étudiant qui sera la seule chose à même d’arracher des bribes de respects au grand brûlé. Le métis adorait qu’on lui résiste, qu’on puisse croire qu’on pouvait l’égaler, il était encore plus enivrant de les brisés alors qu’ils avaient autant espéré.

    S’il pouvait résister, le, métis serait alors comblé.

    Lorsque Kirai bondit, Menocchio ne prit même pas la peine de bouger, observant attentivement les mouvements du bretteur. La première lame fendit vers lui et le métis interposa alors son bras gauche, qui un instant avant l’impact se mit à irradier d’une vicieuse lueur violette. La première lame frappa le bras, suivit un instant après de la seconde sur la même trajectoire. La double attaque ne provoqua que deux minuscules estafilades qui zébrèrent le bras du grand brûlé.

    Il n’avait rien senti à part la piqûre d’un misérable moustique.

    Il n'était aucunement inquiété par Kirai qui se laissait envahir par ses émotions. Menocchio se sentait en pleine possession de ses moyens, analysant à toute vitesse les actions de son adversaire pour en tirer l’avantage.

    Dès la première morsure de l’acier, le grand brûlé avait enclenché sa contre-attaque. Il avait lancé sa main droite directement à la gorge de l’étudiant. Le métis voyait déjà ses longs doigts se serrer contre le cou de Kirai et le soulever dans les airs comme un trophée, pendant qu’il immobiliserait le bras droit de l’étudiant avec sa main gauche.

    Le bretteur n’avait aucune chance contre lui.

    Si Menocchio réussissait à attraper la gorge de son adversaire pour l’immobiliser et le garder ancrer au corps-à-corps, alors le métis se permettrait d’utiliser un de ses sorts et ne laisse aucune chance a son adversaire. Il sentira a ce moment ses doigts le picoter et surtout luire d’une sinistre lumière prune.

    Grâce à sa main complètement collée à la gorge de l’étudiant, ce dernier pourra alors ressentir toute l’énergie occulte du métis se déverser dans son corps à mesure que sa peau grouillera d’une vie nouvelle. Il infecterait le corps de l’étudiant de milliers de larves de vers, qui se mettraient alors à grouiller dans sa tête, avant de coloniser l’entièreté de son corps, se reproduisant et le dévorant de l’intérieur.

    Menocchio rêvait de contempler Kirai se tordre de douleur à mesure que les sorts entomique du métis se nourriront de lui. Cela lui apprendra à défier plus fort que sois.




    Fiche de synthèse

    Menocchio Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t17-le-fromage-et-les-vers-koutetsu-menocchio-termine
    Kirai Shareke
    Élève de Nagoya
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    16
    Ryos :
    850
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kansai
    Élève de Nagoya
    Jeu 21 Mar - 19:59

    Motivé par le désir de vaincre, Kirai s'est lancé à corps perdu dans la bataille. Une erreur de débutant sans doute, qui lui permet pourtant d'obtenir la satisfaction d'une attaque atteignant sa cible. Un maigre lot de consolation alors que peu de temps avant l'impacte, il a pu voir se dresser entre lui et la tête de son adversaire, un bras reluisant d'une lueur surnaturelle. L'écart de niveau étant ce qu'il est, l'élève comprends qu'il doit réagir, et vite. Cependant, la puissance émit dans son attaque l'empêche de feinter. Le choc est violent et se ressent dans le manche de ses lames, un contraste désagréable avec la barrière de chair posé entre lui et sa cible qui ne semble pas avoir souffert d'un iota.

    Sur le plan physique, Menocchio semble avoir des prédispositions plus avantageuses, pire encore, sur le maniement de l'énergie occulte. À cela, il faut aussi rajouter l'expérience du vétéran qui a su survivre jusque là. Tout ces éléments mit bout à bout pose l'éphèbe dans une position plus que délicate. Mais cela, il le sait déjà, tout comme il connaît le penchant sadique de son professeur et de ses méthodes plus que discutables. Pour ainsi dire, le monstre-exorciste lui a déjà montré à quel point la différence de niveau entre les deux hommes est phénoménale. Mais qu'importe pour le Shareke qui ne peut rester là à accepter cet état de fait. Qu'importe l'impossible défi que représente cet être, Kirai n'acceptera jamais la défaite.

    Pourtant, alors que le deuxième choc vient à vibrer du bout de sa lame jusqu'à l'emprise de sa main, une force surhumaine vient s'enserrer sur sa gorge. Le choc est violent, empêchant un instant le jeune homme de respirer. Très vite, il sent son corps se mouvoir à l'image d'un pantin. L'emprise de son professeur est totale, quant à la position du bretteur, elle n'a rien d'avantageux, pire encore, son adversaire a réussi à poser sa main sur lui et à bloquer aussi bien sa tête que sa main droite. L'espace d'une seconde, le jeune élève comprend qu'il va devoir agir vite et fort pour se dépêtrer de cette posture compliqué. Pour autant, ce n'est pas son esprit qui prend le contrôle de son corps, mais bien son instinct.

    Une impulsion survint, parcourant son bras droit pour aller se loger dans sa main, juste assez pour le faire lâcher Tsumi et forcer sur l'emprise de son professeur sur son poignée droit pour prendre un appuie. Son corps se soulève, profitant de l'agilité inhumaine du bretteur pour se tordre dans une posture improbable lui permettant de porter un chassé de son pied gauche chargé en énergie occulte, avec pour cible la tempe de son adversaire. C'est à ce moment précis qu'il ressent une énergie étrange lui parcourir la gorge, comme si son cou commençait à s'engourdir. Menocchio est quelqu'un de fourbe et d'impitoyable, Kirai ne le sait que trop bien. Et il n'y a nul doute sur le fait que cette sensation ne présage rien de bon, pour autant, son instinct lui hurle de continuer son attaque et c'est sans faiblir que son pied se dirige vers sa cible.

    Et dans le même instant, un cliquetis métallique survint, celui du pommeau du Katana-rapière qui touche le sol, la pointe de sa lame tournée encore vers le ciel d'où continu à s'écouler les larmes du ciel. Un bruit secondaire pour le commun des mortels qui se mélange au brouhaha du combat entre l'élève et son professeur. Pour autant, ce que Menocchio ne saurait peut-être pas voir avec la contre-attaque de son adversaire, c'est que la lame abandonné n'a pas fini de toucher le sol et que dans un mouvement silencieux mais rapide, elle glisse parmi les gouttes d'eau pour atteindre le dos de l'exorciste avant de plonger sa lame avec pour cible les lombaires du monstre.


    Fiche de synthèse

    Kirai Shareke
    Menocchio Koutetsu
    Professeur à Nagoya
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Métis italo-japonais a la peau calciné, Menocchio est un exorciste cruel autant pour ses étudiants que pour les fléaux.
    Manipulateur et sadique, il recherche le moyen de retrouver l'amour de sa femme et son apparence, même si cela irait jusqu'à trahir le clan qui lui a tout donné et à qui il obéit aveuglement ...
    Messages :
    24
    Ryos :
    3053
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    KANSAI
    Professeur à Nagoya
    Ven 22 Mar - 18:26
    De  sueurs et de sangs ft. SHAREKE KIRAI

    Les lèvres du métis se dénudèrent laissant apercevoir ses dents dans un rictus cruel. Il tenait Kirai dans le creux de sa main. Que pouvait-il encore faire devant la supériorité évidente de son professeur ? Le rictus de Menocchio disparu alors.

    Était-ce déjà terminé ?

    La déception commençait à envahir le grand brûlé qui se détesta d’avoir placé de grands espoirs dans ce combat et dans l’étudiant. Le chihuahua ne savait qu’aboyer et jamais réellement mordre.

    C’était pathétique.

    Mais, contre toute attente, Kirai n’avait pas, dit son dernier mot. L’étudiant lâcha sa lame et se contorsionna dans une position impossible, lançant son pied vers le visage de son professeur, surprenant Menocchio qui lâcha un grognement de surprise. Il voyait le pied miroiter d’énergie occulte se diriger vers sa tête.

    Le cruel rictus trahissant sa satisfaction réapparus sur son visage alors que l’éphèbe se battait comme un beau diable pour essayer de le tuer.

    Les choses étaient mieux comme cela.

    Mais il ne pouvait pas pour autant se laisser frapper. Il devait trouver une solution rapidement. Il ne pouvait pas non plus lâcher la gorge de l’étudiant qui était le seul moyen de le maintenir au corps-à-corps et faire de lui ce qu’il voulait. N’ayant pas d’autres choix, Menocchio lâcha alors le bras droit de Kirai, mais avec l’évidente inertie du coup, ne plus le tenir ne suffirait pas, de plus, il ne pouvait pas remonter son bras assez vite pour l’interposer. La situation était critique.

    Ou tout du moins elle l’aurait été si Menocchio n’avait pas l’expérience des combats au corps-à-corps. Il avait exactement le sort qui lui permettrait de reprendre l’avantage. D’un mouvement incantatoire de la main gauche, il fit émerger de la peau distordue de l’ensemble de son crâne une marée de vers prune qui encaissèrent l’attaque de Kirai.

    D’ici quelques instants, l’étudiant allait sentir que toute sa jambe était elle aussi infectée par les vers du métis qui allaient continuer de le dévorer de l’intérieur, lui et son énergie occulte. Il avait réussi à reprendre un avantage indéniable sur son élève.

    Le grand brûlé jubilait d’avoir réussis à se sortir de cette situation.

    Ce fut à cet instant-là, à l’acmé de sa satisfaction qu’il entendit le bruit de l’acier cliqueter sur le sol et sans qu’il ne puisse réagir, un instant plus tard, la lame de Kirai traversa l’entièreté du torse du métis. Il garda le souffle coupé par l’assaut une petite seconde. Un puissant goût de sang monta à sa bouche et sa vision se troubla un instant.

    Cette attaque était sérieuse, il n’avait même pas pu anticiper le tour de son adversaire et ainsi, aucune énergie occulte n’avait pu limiter les dégâts. Il avait manipulé l’épée sans la touché, le métis allait devoir prendre ça en compte pour la suite de cet affrontement. Il ne pouvait pas subir une attaque comme cela, une seconde fois. Comment- avait-il fait ? Maîtrisait-il le magnétisme ? Menocchio n’en savait rien et allait devoir chercher.

    Kirai était définitivement un bon combattant.

    Une fois l’instant de surprise passé, Menocchio réagis. Il ne pouvait pas laisser Kirai gagné. Il resserra sa prise sur le gracile cou du jeune homme, tandis que sa main gauche, il exécuta un nouveau signe incantatoire, permettant aux vers présent dans la tête du jeune homme de migrer jusque dans son torse.

    Cruel et impitoyable, Menocchio tissait un plan machiavélique pour arracher à Kirai toute son énergie occulte et le laisser épuisé. Comme une petite araignée, il avançait pas à pas, rassemblant les évidentes conditions de victoires sur l’étudiant. Une victoire cruelle d’autant plus qu’il ne blessait jamais sérieusement ces étudiants.

    Mais cela ne voulait pas dire qu’il ne les blessait jamais.

    Le geste incantatoire était à peine terminé que Menocchio ferma le poing gauche, l’enduisant d’énergie occulte luisant de la même lueur vicieuse prune. Il ajusta sa prise sur la gorge de l’éphèbe, il allait désormais envoyer un coup-de-poing chargé d’énergie occulte en plein dans l’estomac de son étudiant. Cependant, c’était une attaque de Menocchio, ce coup infecterait de nouveau une partie du corps de l’étudiant. La malédiction de tous les vers dévorant l’énergie occulte dans le corps de l’étudiant allait continuer à s’étendre.

    Une fois que le coup-de-poing aura touché violemment le ventre du Kirai, le métis souhaitait lâcher le jeune homme à ce moment-là pour le faire voler un peu et rouler dans l’eau de pluie et la boue. L’éphèbe pouvait bien ramper un peu, pour lui apprendre quelle était sa place.


    Il se sentait à cet instant complètement invincible et a l’apogée possible de sa puissance. Il dominait ce combat malgré quelques évidentes fulgurances de l’éphèbe qui n’était pas derrière son comportement antihiérarchique un incapable. Il était même plutôt bon et pouvait encore progresser et devenir un exorciste encore meilleur. Il lui manquait juste d’améliorer son horrible comportement pour être quelqu’un que Menocchio pourrait complimenter et apprécier.





    Fiche de synthèse

    Menocchio Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t17-le-fromage-et-les-vers-koutetsu-menocchio-termine
    Kirai Shareke
    Élève de Nagoya
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    16
    Ryos :
    850
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kansai
    Élève de Nagoya
    Dim 7 Avr - 21:15

    L'action s'est déroulé au ralenti. Il y a d'abord la contorsion, le froissement des muscles qui se tendent et se crispent pour faire mouvoir les articulations d'un squelette normalement trop rigide pour une telle entreprise. Puis, survint le choc. Une explosion qui n'eût pour effet que de dégoûter le bretteur alors que son pied rentre en contacte avec une masse difforme et repoussante semblable à un amas de vers grouillants. La vision est cauchemardesque, pourtant, tout l'intérêt de l'attaque n'est pas là. Car dans l'ombre, préservé par cette grossière diversion, Tsumi tombe et se relève, sa lame trouvant son fourreau au creux du torse du monstre-exorciste dont la main poisseuse continue d'enserrer sa gorge. Kirai peut alors voir la surprise dans les yeux de son adversaire. Une première victoire, qui ne cache pas le goût amer qui stagne dans sa bouche.

    Comme une vieille angine dégoûtante, il se sent prit de la gorge. Un doux euphémisme lorsque l'on voit la main de son professeur qui entoure sa carotide. Pourtant la gêne vient d'ailleurs et semble, vivante. Une première fois, il a tenté de déglutir par pur réflexe, mais sans effet, la seconde fois, il les a senti se mouvoir. Et lorsque ses yeux, ont pu percevoir la protection du professeur s'extirper de manière organique de son propre corps, là, alors, il comprends.

    Ces vers immondes sont en lui et grouillent dans son corps à la manière de parasites. Très vite, vient le dégoût, se mêlant à la fierté de voir le sang de son tortionnaire s'écouler le long de sa lame luisant encore d'énergie occulte. Une ambivalence d'émotions qui l'empêche de faire le point sur ses priorités. Doit-il attaquer ? Se défendre ? Bientôt, la réussite de son attaque s'efface alors qu'il ressent son énergie se faire grignoter de l'intérieur. Son esprit image ces êtres invisibles se repaître dans son corps. Un relent surgit du fond de son estomac, mais il est contré par le mouvement de ces parasites gesticulants dans les interstices entre ses organes pour se faufiler un chemin jusqu'à son torse. La bile prend un goût de sang et s'extirpe dans un hoquet incontrôlé et laisse le liquide se frayer un chemin entre ses lèvres. Comment ? La source est pourtant évidente, mais à quel moment s'est-il fait avoir ? La question trouve vite sa réponse lorsque les mêmes fourmillements se font sentir dans sa cheville.

    Il sait pourtant que le corps à corps contre son professeur n'est pas une bonne stratégie. Pourtant, il a opté pour cette voie, ayant réfléchi à divers stratagème pour le contré à la manière du contrôle mentale sur ses lames. Cependant, à aucun moment il a envisagé que le Koutetsu est capable de telles horreurs.

    Le temps reprend son cours, et les attaques du monstre ne sont que le préambule d'un assaut bien plus virulent. La lueur prune surgit dans le champs de vision de Kirai qui sait ce qui l'attend s'il ne fait rien. L'inaction représente la mort. Doit-il attaquer ? Cela revient à ouvrir ses défenses et à prendre de plein fouet le coup de poing qui se dirige dangereusement vers son estomac. Doit-il fuir ? L'emprise sur sa gorge l'en empêche. Il ne reste plus qu'une seule solution.

    La main de l'exorciste confirmé rentre d'abord en contacte avec le tissus de ses vêtements, dont les fibres ne tardent pas à céder, laissant la peau blanche du bretteur exposé. Il n'y a plus rien pour protéger l'élève du choc, et qu'il survive ou non à l'impact dépend simplement de lui. Les phalanges de Menocchio s'approche de l'éphèbe. L'explosion est imminente.

    BOOM.

    Le corps de Kirai se voit projeter à plusieurs pas de son adversaire, le corps voûté avec comme épicentre la zone d'impact. Très vite, le touché glacé de l'eau tombante est remplacé par la chaleur de la chair qui brûle à la surface d'une boue trop rigide. L'éphèbe à la chevelure blanche n'est plus qu'un souillon gisant dans la mélasse, la tête recouverte d'une cascade de terre.

    Comment a-t-il fait pour en arrivée là ?

    Ses dents se crispent et grincent face à la douleur lancinante, son buste se soulève l'instant d'un spasme occasionné par une quinte de toux. L'élève a du mal à reprendre son souffle, ni même à comprendre comment il a réussi à s'en tirer sans un énorme trou à la place de l'estomac. La chance ? Non. Il sent au fond de lui une énergie familière s'échapper de son ventre. Il ne doit sa survit qu'à un pur réflexe de défense primaire. La menace imminente a poussé son corps à charger ses abdominaux d'énergie occulte pour bloquer l'impact, réduisant ainsi la puissance du coup. La mort peut attendre, mais la douleur elle, est cependant bien présente.

    Sa main droite se resserre sur la boue, la récupérant au creux de sa paume avant de prendre appuie sur elle. Difficilement, il se relève. Ce simple acte est un vrai purgatoire pour les muscles endoloris de son corps, lui-même accablé par les parasites de son professeur. Il le sent, son énergie va finir par manquer si le combat continue ainsi. Pourtant, sa dernière attaque aurait pu être décisive. Que lui manque-t-il ? D'une main, il lance ses cheveux en arrière, laissant son regard remplit de colère se loger dans celui du monstre. Le combat n'est pas terminé. Pas encore.

    Sa main vient chercher son poignard. Cette arme à la lame longue et au double tranchant qu'il aime à nommé Etsu. Dans le même temps, il prend à nouveau appuie sur la terre meuble et réussi à tendre l’entièreté de son corps pour cet ultime assaut. Il doit en finir, et vite.

    D'un bond, il se jette à nouveau à corps perdu dans la bataille. Le regard luisant de la détermination des braves, Kirai se refuse à ployer devant une telle personne. Guider par l'envie de vaincre, son corps avance vers son adversaire, sa main tenant Etsu se trouvant devant son visage, et Hitagi traînant derrière lui. C'est à quelques pas qu'il se décide à commencer son enchaînement. L'énergie occulte est infusé dans ses armes qui se voient luisants d'une lueur d'argent. Le poignards se fait propulser d'un geste ample en direction de la tête du professeur. Tandis que la main vacante vient très vite retrouver le manche de sa lame courbé.  Très vite, le coup est donné en direction du bas du tronc, juste en dessous de la ceinture.

    Est-ce voilà tout ce que le bretteur a en tête ? Pour la suite, seul Menocchio peut le sentir. Car au creux de son torse, une lame qui a trouvé son fourreau commence à nouveau à se mouvoir, cherchant dans un mouvement brusque, à déchirer le corps en deux du professeur et à atteindre son cœur.


    Fiche de synthèse

    Kirai Shareke
    Menocchio Koutetsu
    Professeur à Nagoya
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Métis italo-japonais a la peau calciné, Menocchio est un exorciste cruel autant pour ses étudiants que pour les fléaux.
    Manipulateur et sadique, il recherche le moyen de retrouver l'amour de sa femme et son apparence, même si cela irait jusqu'à trahir le clan qui lui a tout donné et à qui il obéit aveuglement ...
    Messages :
    24
    Ryos :
    3053
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    KANSAI
    Professeur à Nagoya
    Ven 12 Avr - 16:51
    De  sueurs et de sangs ft. SHAREKE KIRAI

    Comme un ver de terre remuant vainement au sol, Kirai pataugeait dans la boue et l’incapacité de faire quoi que ce soit qui puisse réellement le faire gagner. L’épée plantée dans la poitrine de Menocchio n’était plus réellement un problème.

    À peine le métis avait envoyé le métis s’écraser dans la fange et la boue que le métis s’était hâter et avait commencé à pousser la lame pour la faire traverser tout son corps, avant de l’empoigner par-derrière et d'émerger de sa poitrine, d’où un petit jet de sang gicla avant que les vers qui habitaient son corps ne se mettent à grouiller et à combler la plaie ouverte. Plus aucune blessure ne zébraient ainsi la peau calcinée du professeur. Cet instant, où l’étudiant était au sol, lui avait permis sans trop de crainte l’épée, qui reposait désormais sous la botte souillée de terre. Il n’était plus question que la lame bouge.

    Le grand brûlé venait de reprendre la situation en main.

    L’eau continuait de goûter à grands flots le long de son crâne chauve et sous son masque, il jubilait. Il voyait bien que l’étudiant avait souffert de son coup, il avait à peine eu le temps et le réflexe de bloquer la vague d’énergie qui aurait bien pu le broyer et l’écraser comme un cloporte. C’était presque un miracle qu’il soit toujours en vie, mais cela n’étonnait pas Menocchio qui n’attendait que le moment où Kirai se relèverait une nouvelle fois pour se faire écraser encore et encore. Il savait que son étudiant était solide et qu’il pouvait encore encaisser avant de s’avouer vaincu.

    Ce combat n’était de toute façon qu’une formalité puisque le métis aurait pu triompher et tuer son étudiant quasiment dès le début du combat. Ce n’était qu’un petit jeu de voir jusqu’où Kirai était prêt à aller pour gagner.

    Ainsi, le grand brûlé se permit même de lâcher un sinistre rire, il s’amusait de ce combat et tout cela lui plaisait désormais beaucoup. Le côté rebelle de l’élève était une aubaine de laquelle il profitait pour s’enivrer de la souffrance qu’il procurait.

    N’ayant pas fait le moindre mouvement, il attendit que son élève se relève, pour lui laisser une petite chance de reprendre l’avantage, s’acharner ne serait pas amusant et ne ferait qu’atténuer la durée de ce petit affrontement. Menocchio n’eut cependant pas à attendre bien longtemps pour que l’éphèbe se relève arborant désormais une dague à la main.

    Un petit couteau ne le sauvera pas de la déculotter causée par sa désobéissance.

    Kirai se jeta alors contre le métis, lançant dans un premier temps son poignard à la face, utilisant son bras droit enrobé de la même énergie prune qui rayonnait que lorsqu’il lançait ses sorts. Il se débrouilla pour que la lame se fige dans son bras. Les deux yeux du grand brûlé lorsqu’ils quittèrent la dague des yeux, aperçu alors le cimeterre se diriger dangereusement vers son entrejambe et un mouvement incantatoire de sa main droite lui permit de faire naître à cet endroit-là, une marée de verre qui encaissa l’attaque, Menocchio en profita pour envoyer sa main gauche pulsant vicieusement d’énergie occulte glisser le bras droit de son étudiant pour simplement augmenter les ravages de l’infection dans son corps.

    Il sentit à cet instant l’épée bouger sous son pied, remontant et tranchant son pied. Si le métis ne l’avait pas arraché de son abdomen, sûrement que celle-ci aurait fait de plus gros dommages. Il se félicita intérieurement de son intelligence, car la lame n’avait fait qu’entailler son pied, et même si cela saignait, cela n’était pas un réel problème. C’était superficiel tout au mieux.

    Il attendait patiemment le moment où Kirai soit complètement vidé de son énergie occulte, incapable de bouger pour lui faire admettre sa défaite et surtout ravaler ses paroles.

    Jamais Menocchio n’avait eu peur de perdre contre n’importe lequel de ses élèves. Il avait combattu à Hokkaido, sauver des élèves de l’assaut d’un fléau de rang S, il avait survécu aux blessures. Le métis n’avait plus peur depuis des années. Ce n’était pas un petit branleur qui ouvrait sa gueule et qui ressemblait à une bonne femme qui allait lui faire peur. Et puis quoi encore ?

    Le combat jouait sûrement ces dernières péripéties, car l’énergie occulte de Kirai allait finir par manquer de manière inévitable et ce manque fera la victoire du grand brûlé. Alors, Menocchio attendait patiemment que les vers prolifèrent et continue de gangréner le corps de l’étudiant, qu’ils le colonisent et le mangent de l’intérieur, se reproduisant encore et encore, dévorant toujours plus la moindre parcelle d’énergie occulte.





    Fiche de synthèse

    Menocchio Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t17-le-fromage-et-les-vers-koutetsu-menocchio-termine
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: