JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    Listing avatar par Lewis CrownHier à 20:00
    De Fièvre et de Sang [FB]par Menocchio KoutetsuHier à 16:51
    F. PROGRESSION FUREGAMI MORIpar Furegami MoriHier à 14:34
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementHier à 1:29
    Pas de repos chez les exorcistes [ft Menocchio]par Menocchio KoutetsuJeu 11 Avr - 19:01
    F. PROGRESSION REBECCA KAMOpar Kamo RebeccaJeu 11 Avr - 9:59
    EXPEDITION EXTERMINATION | MISSION par Gin OgawaMer 10 Avr - 23:30
    L'obsession commence :| mission par Menocchio KoutetsuMer 10 Avr - 23:08
    [NORIGAE] Night blossom in tune with secrets ~par Tengen JouMer 10 Avr - 19:34
    Les sous-doués passent le BAC | ft: ATSUSHI KAMOpar Menocchio KoutetsuMer 10 Avr - 17:26
    CEREMONIE ▬ LA CEREMONIE DU GIpar Tsuyoshi SaitokuMer 10 Avr - 14:19
    Le Deal du moment : -20%
    -20% sur le Lot de 2 écrans PC GIGABYTE ...
    Voir le deal
    429 €

    Matière et Mouvement
    Narrateur omniscient
    Rang :
    S+++
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    — Le silence éternel de ces espaces infinis [...] ;
    — L'esprit préexiste à la matière. L'esprit habite chaque atome, chaque particule. L'esprit est la partition de l'Univers, la force immatérielle qui forge la réalité concrète. Il est... [...] ;
    — [...] serait donc approprié cette capacité à être, sans naissance et sans mort, et à demeurer, hors de l'espace et du temps ;

    Ce compte est le Maître du Jeu.
    Messages :
    97
    Ryos :
    10000065
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Narrateur omniscient
    Mar 2 Avr - 5:25





    Gurud Koutetsu
    Le grand stratège doit son épithète à sa capacité à faire la guerre. De par sa position de chef de la garde, il est constamment au front face aux forces occultes qui gangrènent le chemin vers la mer du nord.
    ▬ Grand Stratège du clan Koutetsu, Chef de la garde de l'Orthodoxie. - Jardin du palais kamo, cercle de danse Oki Oki - 18h00




    LES MENACES DU GRAND NORD ▬ DÉMARCHE CLAN KOUTETSU Uwc7

    « Hmmmm… » marmonna Ezo Koutetsu. « Oui, bon, hein. C’est pas mal, c’est pas mal ! Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ! Bref ! Tchik. » Il fit claquer bruyamment sa langue contre son palais et continua d’avancer.

    C’était son tic habituel quand il voulait dire : reprenons. Il ne formulait pas une demande, il partait du principe que son injonction était entendue et comprise de tous. Qu’elle était sûrement une fracture dans la divagation qui rappelait à la nécessité du moment. Faire fuir l’illusion par une rupture. Les gens du Sud et leurs coutumes “prépondérantes” ne le comprenaient pas. Ils considéraient cela comme une provocation, comme une marque d’irrespect… et en un sens, il fallait les comprendre. Ezo le savait, mieux que tous. Il en jouait justement. Il s’agissait sans doute d’une façon de garder le contrôle selon lui.

    Cela faisait depuis une heure que nous avions entamé notre marche avec Ezo-sama en partant du quartier de Minami-ku. Nous partagions une discussion intense au sujet de la situation dans le territoire de la guerre. Toutefois, même si, dans le fond, j’étais d’accord avec l’idée qu’il fallait mieux se pencher dessus au plus vite, je voyais mal comment notre conversation pouvait continuer…

    Nous arrivions enfin sur les lieux de la tant attendue danse d’Oki Oki, la cérémonie de notre clan. Nous faisions enfin face au Grand Dresseur, Chahamei Koutetsu, et à ce qu’il s’était évertué à bâtir en compagnie des autres negodjaï (негодяй, scélérat). Il était même assez concerné par le retour du Chef. Le jardin du palais Kamo avait été décoré comme nos camps, sûrement pour nous rappeler que nous venions du Nord et que nous étions une forme d’exotisme. Au cas où nous l’avions oublié. Les lustres suspendus éclairaient un très large cercle tracé dans la terre, serti de glyphes aïnous. Le danseur allait venir imposer sa chorégraphie à tout le jardin. Les gens venaient orbiter autour du point de lumière, attirés par ce qu’il représentait. Les tonkori, les pararayki et les mukkuri commençaient à jouer, de concert, une mélodie de plus en plus forte, de plus en plus entraînante.

    « Mais… WEN ! WEN ! RAI-HI ! » Je détestais particulièrement quand le Grand Dresseur se mettait à jurer dans son dialecte local. Je soupçonnais vaguement qu’il s’agissait d’une lamentation, d’une supplique ou peut-être même, d’une insulte… « Vénérable Ezo-sama, vous ne pouvez pas me dire simplement “pas mal” ! J’ai besoin de votre approbation solennelle comme le veut la coutume. Vous devez absolument me masser le front avec la poudre de sang sacrée. C’est ce que veut la tradition. J’ai rempli le rôle qui m’a été accordé par nos ancêtres : j’ai construit le cercle Oki Oki avec les glyphes originelles de toutes nos familles Koutetsu, j’ai rassemblé le kiaï de chacune d’entre elles dans la danse que j’ai chorégraphié, j’ai pris en compte les conditions de construction des Kamo, j’ai supervisé les Tsuin pour qu’ils ne dénaturent pas trop nos coutumes… Sauf votre respect, je-… »
    « …Mon vieux. » Ezo attrapa la manche du Grand Dresseur, pour le tirer jusqu’à lui d'un geste sec de judo. « Écoute-moi bien, oram-sak-sama. De base, moi, je viens de Kamtchatka, donc “la coutume”, c’est pas “la” coutume, c’est “ta” putain de coutume… » Il s’arrêta une petite seconde pour réfléchir. Je le voyais, à son visage : se dire que ça ne servait sûrement à rien de chercher à débattre sur ce genre de notions. Il fallait aller droit au but. Je savais le savait. C’était évident. « Dis-moi, Chahamei-sama, tu sais pourquoi je suis le chef de toutes nos familles Koutetsu ? Est-ce que t’as une petite idée qui te vient ? »
    « Parce que ta grand-mère, Kurimuse Koutetsu, est celle qui nous a fait intégrer l’Orthodoxie ? Ou peut-être parce que… »La main d’Ezo muta instantanément pour se transformer en une sorte de mue de chitine bouillante, frémissante, qui absorba le poignet du Grand Dresseur. La scène me dépassa. Un petit temps d’arrêt nous stoppa tous dans notre mouvement. À en jugerqu’il  par le regard apeuré de Chahamei, il venait sûrement de le mettre au courant de ce qui se tramait vraiment à Soya et qui allait bientôt déferler sur tout l’Hokkaido. Il devait s’agir du pouvoir de l’un des innombrables fléaux qu’il avait en sa possession. Je pariais sur un boost télépathique.

    LES MENACES DU GRAND NORD ▬ DÉMARCHE CLAN KOUTETSU G9gz

    « J’ai été nommé Chef du clan Koutetsu, car je suis le plus à même de garantir notre survie dans ce merdier occulte qu’est Hokkaido. Je vais même te le reformuler : si tu es celui qui est chargé de garantir les traditions et que moi je suis chargé de garantir si tu l’es, c’est parce que nous n’avons pas le même sens des priorités, ni la même acuité décisionnelle. Oui. Je suis celui qui décide des priorités et qui choisit ce qu’on doit faire. Car la situation actuelle nous demande d’être plus efficaces que ce que la tradition nous impose. La lenteur de nos ancêtres et les interminables cérémonies ne répondent pas à la nervosité de la lutte contre la Guerre, contre la Captivité… Et là, j’ai décidé de trouver cette cérémonie pas mal et de continuer à prévoir une riposte à l’arrivée de OOORHL. Dans le fond… À quoi sert cette cérémonie si c’est la dernière ? Hein ?! Tu crois pas que j’ai mieux à faire que de poser mon cul boiteux sur l’herbe et contempler des olibrius danser pendant qu’un monstre, aussi fort qu’une Calamité, est en train de se déchaîner sur nos terres ? Mais, tu vois, je le fais ! Je vais le faire, là ! Parce que je conçois qu’il faut quand même garder la face, hein ! N’est-ce pas ? Dans l’incendie, faut sauver les meubles comme ils disent. Sauf que là, c’est tout le quartier qui se fait flamber. Je ne sais même pas ce qui m’a pris de venir ici ! Et puis… TE MASSER LE FRONT ?! Pourquoi pas te mettre de l’huile de baleine et te faire une turlutte pendant qu’on y est ! Je n’en reviens pas ! »

    « Mais… Mais… Il faut tout de même qu’on poursuive… » hésita Chahamei, un peu chancelant, les jambes encore fragiles.
    « Tu peux poursuivre, Chahamei-sama. Tu peux poursuivre, mais de ton côté. Tu ne vois pas que j’ai plus important à faire ?! Je préfère mille fois écouter quelqu’un qui m'explique ce qu’il ferait pour reprendre le contrôle de tous nos territoires plutôt que de perdre du temps à vous regarder improviser une comédie musicale. Alors, ne viens pas m’emmerder avec tes conneries. On bosse là. Merci. »

    L’ambiance était installée. J’avais l’impression que cette phrase était non seulement destinée à moi, à travers l’invective qu’il adressait à Chahamei, mais qu’elle était également étendue à tous ceux qui avaient tendu l’oreille. Il voulait au moins rentabiliser sa venue à Nagoya. C’était sans doute légitime. La porte avait été claquée vers l’extérieur. Une assez étrange invitation en somme.




    Règles de l'évènement
    Durant cet évènement, vous allez avoir la chance de pouvoir influencer l’un des chefs de clan au travers d’un post RP dans lequel vous vous mettrez en scène pour tenter de gagner leurs faveurs.

    Comme un pseudo RP de négociation, chaque chef de clan possède ce que l’on appelle des points de rupture et des intérêts personnelsLe but sera de manœuvrer autour des informations fournies dans les sujets de rencontre pour tenter de séduire le chef de clan.

    La réaction du chef de clan dépendra uniquement de l’intérêt qu’il portera à vos propos. En fonction du taux de réussite de votre post, ils iront jusqu’à vous proposer une place à leurs côtés.

    La mise en scène de la rencontre avec le chef de clan est à votre discrétion tant qu’elle respecte l’ambiance générale mise en place par la narration.


    Matière et Mouvement
    https://www.jjk-rpg.com
    Menocchio Koutetsu
    Professeur à Nagoya
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    Métis italo-japonais a la peau calciné, Menocchio est un exorciste cruel autant pour ses étudiants que pour les fléaux.
    Manipulateur et sadique, il recherche le moyen de retrouver l'amour de sa femme et son apparence, même si cela irait jusqu'à trahir le clan qui lui a tout donné et à qui il obéit aveuglement ...
    Messages :
    23
    Ryos :
    3003
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    KANSAI
    Professeur à Nagoya
    Dim 7 Avr - 20:25
    L'ambition ft. EZO KOUTETSU

    Entouré des autres Koutetsu, Menocchio se sentait enfin à sa place. Partout, autour de lui, il reconnaissait des visages familiers, des amis d’enfance, des cousins, d’anciens collègues de la Garde. Tant de monde qui immanquablement venait le saluer, laissant entrapercevoir dans la voix rauque et froide du métis, des germes de bienveillance et de chaleur.

    Pour la première fois depuis des années, il était réellement et simplement heureux.

    Chaque personne qui avait rencontré Menocchio se souvenait de lui, vu qu’il était brûlé sur la majorité de son corps. Il était impossible de l’oublier. Il laissait toujours de vives impressions, en bien et en mal, plus en mal, sauf avec les Koutetsu qui le comprenaient et ne le jugeaient pas.

    Il pourrait s’habituer à ces regards-là sur lui.

    Tout Hokkaido était descendu jusqu’à Nagoya, les deux mondes qu’avaient connu le grand brûlé, se mêlait ici comme un syncrétisme. Partout, les dialectes aïnou, nivkhes, mongol, russes, s’échangeaient de toute part. C’était réconfortant, cela avait la saveur de l’enfance pour le métis, qui avait grandi à Sapporo avec ses deux parents, mais avait baigné dans la culture Nivkhes, connaissant le dialecte avant même le japonais et l’italien. La culture aïnou et sibérienne était sa culture, sa vie et avait rythmé son existence avant même qu’il ne puisse découvrir l’exorcisme.

    Menocchio avait trop laissé de côté son identité.

    À cette pensée, une vague de tristesse et de nostalgie envahit le grand brûlé, voilà des années qu’il n’avait pas parlé sa langue maternelle, les mots semblaient s’amenuiser dans sa tête. Il avait trop mis de côté la culture et le monde qui l’avait vu naître et il le regrettait. Il devait réparer cette erreur, il s’était trop éloigné de ses racines.

    Dans ce monde bigarré qu’était la grande famille des Koutetsu, chacun avait sa place, même un métis italien défiguré à vie. Il n’était pas trop tard pour rattraper le temps perdu.

    Sa famille était là et personne ne le repoussait, si bien qu’après quelques heures, le masque de Menocchio tomba, ne gardant que ses lunettes de soleil. Il n’était pas nécessaire ici de se cacher. Sa bouche tordue vers la droite, ses lèvres disparues par endroit, la peau rosée trop tiré vers la gorge, les symboles complexes nés des opérations couturaient cette face défigurée.

    Les Koutetsu ne jugeaient pas l’apparence, seule la bataille inexorable contre la guerre et le maintiennent, des traditions importait. Le reste n’était que d’éphémère chimères sans importances.

    Tout le monde s’activait pour le festival de l’O-bon ou la danse Oki-oki allait pouvoir être pratiqué et dévoilé à tout les incultes de cultures sibériennes.

    À cet instant-là, une silhouette familière apparue dans le champ de vision du métis, c’était le frère de sa mère, Masahiko « Mieroslav » Koutetsu, un des maîtres stratèges du clan. Ne l’ayant pas vu depuis presque dix ans, Menocchio se dirigea alors vers son oncle qui était accompagné d’un homme d’un certain âge avec une longue barbe et de longs cheveux blanc comme la neige et à mesure qu’il se rapprochait, le métis se rendit compte que l’homme qui accompagnait son oncle était le primat blanc des Koutetsu, le seigneur de guerre Ezo.

    C’était ici une occasion unique pour le grand brûlé de briller.


    Le grand brûlé n’avait rencontré le chef du clan Koutetsu qu’à quelques occasions et ils n’avaient jamais réellement parlé. Après, c’était un être exceptionnel façonné par la Guerre et dans le sang. Il brillait plus par son charisme et sa puissance que par son amour du maintien des traditions. Ce serait mentir que de dire que Menocchio ne se sentait pas submergé par le stress alors qu’il s’approchait de l’être qu’il idolâtrait le plus. Mais il avait l’occasion idéal de rencontrer celui qui déjà dans l’enfance du métis était un exorciste reconnu.

    Réajustant ses vêtements traditionnels Nivkhes, le grand brûlé s’inclina poliment et sobrement devant son oncle et devant le chef de son clan, déclarant de sa voix rauque :

    « Mon oncle. Maître Ezo. Le métis se redressa, échangea quelques banalités avec son oncle, avant de se tourner vers le primat blanc du clan. Je suis désolé de vous avoir emprunté mon oncle, cela faisait bien des années que je ne l’avais pas vu, comme vous, il me semble, je crois bien me souvenir que cela fait plus de quinze ans que nous ne nous étions pas vus. »

    Cela faisait effectivement plus de quinze ans, à l’époque où Menocchio se remettait de ses blessures et avait passé quelques mois dans la garde pour se remettre en forme et constater ce qu’il valait désormais qu’il était hideux. Durant cette période, ou il s’était rendu compte du danger que représentait la guerre, il avait aperçu Ezo Koutetsu plus d’une fois se battre et il avait été admiratif et horrifié de la situation catastrophique aux portes de chez lui. C’était pour cela qu’il avait regagné son travail de professeur à Nagoya, pour former des exorcistes compétents et à même d’aller aider au Nord à endiguer la menace courante que représentaient les fléaux. Il savait qu’il était plus utile pour l’instant d'enseigner et à créer des futurs exorcistes plutôt qu’à combattre les fléaux de la guerre.

    Mais pour travailler au mieux à ce projet que de former de meilleurs exorcistes, il fallait laisser à Menocchio plus de place et d’autorité pour que les étudiants ne soient plus des cloportes incapables de préserver le monde de demain, mais bien des exorcistes. C’était pour cela que Menocchio avait besoin du soutien de son chef et le croiser ici était une chance.

    « Je ne vous dérangerais pas longtemps, votre temps est précieux, mais j’espérais bien, vous croisez ici. Depuis que je suis professeur à l’académie de Nagoya, le niveau des élèves n’as fais que chuter à cause de l’incapacité des Kamo à produire des programmes capables de produire de vrais exorcistes en mesure d’affronter de réels dangers comme ceux qui menacent nos terres ancestrales. Je suis persuadé qu’avec des méthodes un peu plus… stricte… Comme celle avec lesquels nous éduquons nos enfants, les étudiants pourraient devenir de meilleur combattant pour endiguer le réel danger. »

    Le métis déblatérait, synthétisant ces arguments pour empêcher que l’homme de guerre que fût Ezo ne perde son intérêt. Le niveau de stress du grand brûlé n’avait pas été aussi élevé depuis des années, il avait l’impression de jouer sa carrière ici. Ce serait un véritable cauchemar que de déplaire.

    « Je compte bientôt solliciter le recteur général de l’académie pour devenir le prochain directeur de l’académie de Nagoya, j’ai l’ambition de sauver cette jeune génération. J’espère Monsieur, pouvoir compter sur votre soutien et ainsi pouvoir enseigner correctement pour agrandir les rangs de la garde à Hokkaido, qui je le sais, manque cruellement de main d’œuvre qualifiée. Je pense qu’envoyer des élèves sur le front pour les former et leur montrer ce qu’est réellement le danger ne pourras qu’en faire de meilleurs exorcistes et leurs faire comprendre l’étendue du danger. »

    Le destin de Menocchio était désormais intimement lié à celui d’un chef qu’il idolâtrait, mais qu’il ne connaissait pas personnellement et le métis en était tellement conscient que cela en était presque cruel. Comment surmonterait-il le rejet, vu que cela était son ambition ultime que de former de meilleur exorciste pour permettre de sauver ce pays du danger endémique qu’étaient les fléaux ? Les dés étaient ici jetés, sans qu’aucune certitude sur le futur ne puisse être présente. Il ne pouvait qu’espérer avoir suivi toutes ces années, le bon chemin.

    Le grand brûlé détestait l’incertitude.


    Menocchio Koutetsu
    https://www.jjk-rpg.com/t17-le-fromage-et-les-vers-koutetsu-menocchio-termine
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: