JUJUTSU KAISEN RPG///DOMAIN EXPANSION///ARC I : BIG BOOM THEORYPLATEFORME RP///ESPACE COMMUNAUTAIREIL EST TEMPS POUR VOUS D'ÉTENDRE VOTRE TERRITOIREJJK RPG
Qu'est-ce que JJK RPG ?
Jujutsu Kaisen est une œuvre jeune, parue en 2017, mais la critique et le public s’accordent pour dire qu’il s’agit déjà d’un nouveau classique du shônen. En un sens, il est le digne héritier de Hunter x Hunter ! Sauf qu’il se déroule dans le monde réel, à notre époque actuelle. Et c’est peut-être ce qui rend ce manga encore plus intéressant.

Sublimer le fantastique dans le shônen est la prouesse que réalise le manga de Gege Akutami. Nous avons choisi de prolonger cette proposition artistique. Jujutsu Kaisen RPG offre une expérience unique dans un univers original directement inspiré du manga éponyme et de notre monde actuel. À mi-chemin entre la sci-fi d’anticipation et l’urban-fantasy, nous faisons le choix de mettre en avant une uchronie à la fois punk et spirituelle. Un monde qui ressemble à notre futur proche et qui propose une nouvelle visite des thèmes abordés par Jujutsu Kaisen. Plus qu’un RPG, c’est un récit philosophique interactif qui est proposé.

Trois histoires entremêlées, trois sociétés superposées : celle des profanes, qui ne maîtrisent pas l’énergie occulte ; celle des exorcistes, qui maîtrisent et contrôlent l’énergie occulte ; celle des fléaux, êtres malfaisants constitués d’énergie occulte.

Neuf factions sont représentées à travers les différents mondes. Des tensions nombreuses apparaissent et persistent entre elles, mais une menace commune les met toutes sur le même niveau de danger : le retour du plus grand fléau de tous les temps, communément appelé “la Fin”.

La société des profanes :
  • L’Empire du Nouveau Japon, devenu une dictature après la crise économique mondiale de 2025, a un contrôle total sur sa population et possède de nombreuses polices

  • Insidious, considéré comme un cyber-État, est une organisation secrète de hackeurs qui s’est emparé des Internets

  • La société exorciste :
  • L’Orthodoxie exorciste, secte blanche, est une institution bouddhiste ancestrale qui gère l’énergie occulte au Japon et plus largement en Asie ; elle produit les écoles, les diplômes d’exorcistes et fonctionne sur l’autorité des 7 clans exorcistes.
  • L’Eglise Noire, secte noire, rassemble des Maître des Fléaux révolutionnaires qui luttent contre l’Orthodoxie et l’Empire du Nouveau Japon en perpétrant des attentats terroristes dans les grandes villes.
  • La Cabale de l’Harmonie, dont le nom n’est même pas assuré, est une mystérieuse secte noire shintoïste qui serait en train de s’infiltrer dans les différents sphères de pouvoir.

  • La société occulte (fléaux) :
  • La Pénurie est un fléau né de la peur du manque. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Indonésie et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • L’Épidémie est un fléau né de la peur de la maladie. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Inde, une partie de l’Amérique du Sud et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Captivité est un fléau né de la peur de l’emprisonnement et de l’esclavage. Elle forme un empire occulte qui règne sur l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, et une partie du Japon et cherche à se répandre.
  • La Guerre est un fléau né de la peur du conflit. Elle forme un empire occulte qui règne sur la Russie, la Chine, l’Europe de l’Est et une partie du Japon et cherche à se répandre.

  • Que ce soit dans le monde matériel ou dans les mondes occultes, tous ces groupes se vouent, chacun à leur manière, à l’extension de leur territoire. Les joueurs auront donc tout le loisir de venir impacter ces intrigues en mouvement : aider les factions, devenir leurs chefs, les détruire, en créer de nouvelles… en prévision des troubles à venir.
    TOPSITES
    news
    13/01/2024 : Période de pré-ouverture de JJK RPG.

    01/02/2024 : Début du mois d'ouverture de JJK RPG.

    24/03/2024 : Fin de l'ouverture de JJK RPG. Lancement officiel.

    01/04/2024 : Evènement d'initiative : DEAD CAN DANCE (Fête d'O-Bon, la Fin de l'Âge Mort).

    F. PROGRESSION NORYOKUTOpar Temps et EspaceAujourd'hui à 1:30
    BAZAR PANDÉMONIAQUE DE L'ÉPIDÉMIEpar Temps et EspaceAujourd'hui à 0:29
    F. PROGRESSION TAMOTSUpar TamotsuHier à 23:52
    Totaux des votes des joueurspar Matière et MouvementHier à 23:42
    Besoin d'un fournisseur ? [Feat Kei Tanabe]par Kei TanabeMer 22 Mai - 17:01
    LES MENACES DU GRAND NORD ▬ DÉMARCHE CLAN KOUTETSUpar Matière et MouvementMer 22 Mai - 10:08
    SCENARIO 47 ▬ DÉMARCHE CLAN SAIMINpar Matière et MouvementMer 22 Mai - 8:29
    LE ROI DES OMBRES ▬ DÉMARCHE CLAN ZEN'INpar Matière et MouvementMer 22 Mai - 8:26
    SECRETS AUTOUR DU FEU ▬ DÉMARCHE CLAN TSUINpar Matière et MouvementMer 22 Mai - 8:25
    LES TRADITIONS DANS LE SANG ▬ DÉMARCHE CLAN KAMOpar Matière et MouvementMer 22 Mai - 8:23
    MAÎTRE SHO, MAUDIT FARÇEUR ! ▬ DÉMARCHE CLAN JOU par Matière et MouvementMer 22 Mai - 8:21
    ULTIME REMPART ▬ DÉMARCHE CLAN KUGENpar Matière et MouvementMer 22 Mai - 8:20
    Smoke, le fumeur de clope [en cours]par SmokeMar 21 Mai - 17:35
    Champ contre champ' [Yumi & Furegami]par Furegami MoriMar 21 Mai - 17:15
    Le Deal du moment : -45%
    PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go ...
    Voir le deal
    1099.99 €

    Yuichi Kotaro
    Élève de Nagoya
    Rang :
    3
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    "Arrête de m'appeler Yuyu."

    - (trop) sérieux
    - 1m84
    - dort et mange très peu
    - déteste les mensonges
    - pas drôle du tout
    - a du mal à faire le deuil de sa sœur aînée
    Messages :
    30
    Ryos :
    3750
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kanto
    Élève de Nagoya
    Mer 1 Mai - 21:05


    Read through people,
    books and paintings
    « If it involves smiling, I'm not going »
    L'académie de Nagoya avait beau garder une empreinte très traditionnelle, il aurait sans doute été judicieux d'y apporter quelques rénovations bien utiles. L'éclairage, en particulier, n'aidait pas vraiment au repérage au milieu de toutes les anciennes structures de l'établissement. Enfin, avec un peu de mémoire et de jugeote, n'importe qui pourrait s'y retrouver. Se fier uniquement à sa vue serait une erreur de débutant, mieux valait faire confiance à l'expérience et la logique qui pourraient retracer sans aucun doute les différents couloirs mêlés les uns aux autres. Et si jamais ce n'était pas suffisant, s'y perdre offrirait simplement la possibilité de profiter d'un peu plus longtemps des quelques longues années de travail sur l'architecture typique de la capitale. C'est ce qu'on pouvait se dire en guise de consolation.

    L'ambiance austère des corridors laissait résonner le bruit des pas de tous ceux qui côtoyaient l'académie, et parmi eux ceux de Yuichi, qui semblait se diriger nonchalamment vers sa destination. S'il visait une certaine zone qu'il avait déjà visité auparavant, il devait trouver, non sans mal toutefois, le moyen d'y parvenir grâce à son côté méthodique qui retraçait soigneusement chacun de ses pas. Et ceci tant que rien ne venait troubler sa concentration tandis qu'il tentait de discerner les différences à peine visibles entre chaque embranchement non suffisamment éclairés. Bien que l'entrée principale de l'établissement était magnifiquement accueillante, plus on essayait d'atteindre les salles secrètes du fond, plus le chemin se faisait difficile. Tout à l'image de la cathèdre, au final.

    Et les salles d'entraînement sont juste... Ici. Une étape quotidienne validée qui transformait l'étudiant originaire de Kyoto en parfait élément de Nagoya petit à petit (une fois qu'il aurait mémorisé l'entièreté des plans de l'école, si tant soit peu était-ce possible). Le côté très traditionnel de la ville était un véritable point positif pour le Kyotoite, et il était heureux d'y retrouver ses repères.  Il n'était pas opposé à la modernisation comme on pouvait la trouver à Tokyo, mais au moins il n'était pas dépaysé.

    Et en parlant de dépaysement, un visage non familier vint croiser son chemin. Son apparence laissait croire à un étudiant, mais il ne devait sans doute pas être d'ici. Ni de Nagoya, ni du Japon à vrai-dire. Son expression calme et assurée traduisait une parfaite maîtrise de la situation, mais le fait de le voir se tenir debout au milieu d'une fin de couloir faisait planner le doute dans l'esprit de Yuichi, qui, fronçant les sourcils, s'entendit l'interpeller.

    "Tu cherches quelque chose ?"

    Un européen sans doute ? Dans tous les cas, il n'y avait aucun problème à admettre ne pas s'y retrouver dans l'académie de Nagoya. Il fallait dire que l'architecture de l'endroit avait laissé place à un véritable labyrinthe, d'autant plus accentué par une non familiarisation des lieux. S'il cherchait la sortie ou les dortoirs, Yuichi pourrait éventuellement lui indiquer le bon chemin... Tant qu'il acceptait de reconnaître sa position. "...Inutile de faire semblant. Dis-moi juste où tu comptais aller." Il n'y avait absolument rien d'anormal à se perdre dans des lieux inconnus même à leur âge. De toute façon l'exorciste n'était pas du genre à rire des autres. Il vint se mettre à son niveau afin de pouvoir lui parler droit dans les yeux, et croisa les bras de façon mécanique sans s'en rendre compte. "Tu n'es pas un étudiant d'ici, n'est-ce-pas ?" Qu'avait amené le jeune homme à venir se perdre dans les couloirs de l'école de Nagoya...

    Yuichi



    Yuichi Kotaro
    https://www.jjk-rpg.com/t38-yuichi-kotaro-yuyu-pour-les-intimes-100
    Lewis Crown
    Élève de Tokyo
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    8
    Ryos :
    1300
    Fragments d'Emotions :
    0
    Élève de Tokyo
    Jeu 2 Mai - 0:45




    titre rp kdjdjd  







    Ilarpenta un corridor, puis un autre. Parvenu à son extrémité, il bifurqua vers la gauche pour réitérer le même processus. Il n'y avait pas un chat, ni même de panneau qui pouvait lui servir de repère. Il percevait presque le sang bourdonner dans ses oreilles. Lewis avait une parfaite clarté sur ce qu'il cherchait, mais il se trouvait désorienté quant à sa localisation précise. Une tâche qui semblait aisée dans son esprit se transformait désormais en un défi ardu. Un parcours du combattant qu’il n’a même pas vu venir. Le Japon se révélait très ingrat à son égard, malgré ses efforts pour apprendre la langue et s'intégrer à la culture. Voilà ce qu'il récoltait : un dédale sans fin qui le faisait tourner en rond depuis quelques minutes. Il a même déconnecté ses écouteurs sans fil pour mieux se concentrer, comme si la voix de Porter Robinson avait une quelconque influence sur sa perception visuelle. L'établissement scolaire avait des allures dignes d'un film d'horreur, et cela paraissait délibérément orchestré. Tokyo était un sanctuaire de technologie comparé à Nagoya, une citadelle de progrès qui facilitait grandement la vie de chacun. Lewis ne se considérait pas comme un "citadin" qui ne pouvait pas vivre sans technologie, mais un peu de signalétique, de panneaux, de lumières n'auraient pas été de trop.

    Comme frappé par quelque chose, il interrompit sa marche en plein milieu du corridor.

    Image

    Je suis déjà passé par ici, non ?


    Lewis s'immobilisa brusquement, captivé par cette tache sombre sur le mur qu'il avait déjà remarquée quelques instants auparavant. Il ne pouvait tout de même pas être aussi incompétent que cela, quand même. L'Anglais tournait en rond depuis quelques minutes, pensant avancer vers sa destination. Quand il en prit conscience, il fut indécis sur la marche à suivre, se contentant de fixer cette tache noire qui l'irritait. Il voulait détruire ce mur pour poursuivre tout droit, mais cela était interdit par une loi qu'il ignorait mais qui devait sûrement exister. Lewis était perdu quant à la conduite à adopter dans cette situation ; il avait même oublié le chemin menant à la sortie. Il était décidément dans de beaux draps. Impuissant, il resta planté là. C'est à ce moment précis qu'une voix surgit derrière lui.

    Image

    Ouais, la sortie, vu que ces couloirs se sont mis d'accord pour me faire chier


    On aurait dit qu'il boudait à cause de sa propre incompétence. Il en avait plus que marre de ce labyrinthe interminable, ce qui le rendait désagréable. Mais finalement, son interlocuteur, dont il n'avait pas encore vu le visage, était aussi coupable, car il enfonçait le couteau dans la plaie en répétant que Lewis était perdu. Une réalité brutale que Lewis aurait bien aimé oublier. Il regarda celui qui devait le sauver dans les yeux avant de déduire qu'ils devaient avoir le même âge. Un énième soupir s'échappa des lèvres du rang 1. Il finit par abdiquer après dix minutes de refus d'obtempérer.

    Image

    Non, je viens de Tokyo. Ça se voit tant que ça que je suis perdu ?




    Lewis Crown
    Yuichi Kotaro
    Élève de Nagoya
    Rang :
    3
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    "Arrête de m'appeler Yuyu."

    - (trop) sérieux
    - 1m84
    - dort et mange très peu
    - déteste les mensonges
    - pas drôle du tout
    - a du mal à faire le deuil de sa sœur aînée
    Messages :
    30
    Ryos :
    3750
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kanto
    Élève de Nagoya
    Jeu 2 Mai - 5:00


    Read through people,
    books and paintings
    « just some dudes getting humbled »
    Un Tokyoite, rien que ça... L'envie de le laisser lui et sa mauvaise foi plantés au milieu de ce couloir le tentait de plus en plus, mais il avait passé l'âge d'être aussi puéril depuis bien longtemps déjà. Il n'allait pas relever le manque de respect flagrant envers la grande école qu'était celle de Nagoya et l'âge qu'elle démontrait, la capitulation étant finalement arrivée. Il marque un petit temps de pause avant de lui répondre. "Non... Pas tant que ça."Le Tokyoite était même plutôt bon pour faire croire qu'il avait la situation sous contrôle, mais l'œil habitué de Yuichi lui avait sous-entendu la vérité. Enfin, il essaya tout de même de lui indiquer ce qu'il cherchait désespérément à base de "dans l'autre sens, troisième à gauche puis le second escalier à droite—" avant qu'un silence ne vienne remplacer ses directives bien trop difficiles.

    Il lâcha un dernier regard vers son interlocuteur de Tokyo, lisant avec certitude qu'il y avait plus de chances qu'il trouve un nouveau cul-de-sac plutôt que la dite sortie, avant de décroiser les bras et d'entamer une marche supposée l'inciter à le suivre. "Tu n'es pas venu juste pour admirer les murs de l'école, si..?" Bien qu'il n'était pas particulièrement intéressé par ce que le jeune homme était venu faire ici, l'opportunité de se renseigner un minimum sur les membres de l'école concurrente était trop évidente pour l'ignorer.  

    "La bibliothèque tu dis ?" Un éclair de lucidité semble le traverser. Il retourne sur ses pas, presque certain de savoir où se situait son entrée. Sans trop de soucier de savoir si l'autre élève le suivait, il compte dans sa tête le nombre de portes qui défilent devant ses yeux tout en marchant avant de s'arrêter devant une nouvelle entrée. Sauf erreur de ma part... Sa main se pose doucement sur la poignée, et il l'ouvre avec la même délicatesse qu'il réserve à l'édifice entier. Cette porte devait, selon ses souvenirs, déboucher sur un escalier menant à l'étage inférieur où se situait l'immense salle des archives appartenant au clan Kamo. Ce serait d'ailleurs pour lui aussi une belle occasion de profiter de ces ouvrages, mais... une fois qu'il aurait trouvé l'endroit. Ah.

    En effet, la porte s'ouvrit non pas sur ce qu'il imaginait, mais à une nouvelle salle ressemblant à un atelier, décorée par de nombreux tréteaux et chevalets pour la plupart recouvert d'un drap. S'il n'avait pas été aussi sûr de lui, il aurait frappé avant... Surtout quand la pièce était visiblement occupée par quelqu'un. Presque comme un réflexe, Yuichi exprima une très courte excuse avant de refaire coulisser la porte pour la refermer, comme s'il venait de tomber sur une situation embarrassante (même si elle se trouvait plutôt du côté des deux élèves perdus).

    Enfin, s'il y avait un point positif à cette histoire, c'est que la personne présente dans l'atelier lui était quelque peu familier. Yuichi était certain de l'avoir déjà croisé au moins une fois au sein de l'académie, et même si sa confiance venait d'être sacrément remise en question l'instant d'avant, il faisait encore confiance à sa mémoire visuelle quant à ses camarades de classe. Sa main était restée sur la poignée, et il décidait finalement de la rouvrir après quelques rapides petites secondes de mûre réflexion.

    "Désolé de te déranger. Il me semblait que la bibliothèque de l'école était par ici ?" Avec un peu de chance, il s'était trompé d'une porte ou deux..? Et avec encore plus de chance, son confrère au visage était bien plus familier avec les lieux qu'il ne l'était lui ? Et si toute la chance du monde était de leur côté, il allait accepter de les aider dans leur quête mal entamée malgré son regard dur qui lui donnait l'impression d'avoir fauté quelque part..?

    Yuichi



    Yuichi Kotaro
    https://www.jjk-rpg.com/t38-yuichi-kotaro-yuyu-pour-les-intimes-100
    Amon Hakamori
    Élève de Nagoya
    Rang :
    2
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    6
    Ryos :
    500
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Région de Chubu
    Élève de Nagoya
    Sam 4 Mai - 18:21


    READ THROUGH PEOPLE, BOOKS AND PAINTINGS


    "Who the f*** are these guys ?"


    Qu'est-ce que le néant ? Pour de nombreux philosophes et théoriciens, le néant est ce qui n'a pas d'être ou ce qui est à l'origine de la négation. L'absence de forme, d'attribut, de concept, de sensation voir même la présence d'une contradiction, quelque chose d'impossible à  imaginer, à représenter pour la pensée humaine. En d'autres mots, cette idée représente l'absence de toute chose, le vide absolu, le "tout" du "rien".

    Pourtant, et malgré cette idée, de nombreuses personnes par-delà les âges ont cherchés à la rendre réel, à la rendre existante en la représentant par des mots, par des illustrations aux couleurs sombres, comme pour relier l'idée du néant par celle de l'obscurité, de l'ignorance, de la peur.

    Les choses inexplicables instaurent toujours un sentiment de malaise, car l'humain a toujours cherché une réponse logique et raisonnable à chaque interrogation à laquelle il a été confronté. D'ailleurs, l'on parle de confrontation face à un problème comme l'on désignerait un exercice de mathématiques car voilà la sensation que ressent l'Homme face à une chose qu'elle ne comprends pas. Elle est un problème.

    L'idée du néant a donc toujours été quelque chose d'abstrait, d'irréel et de conceptuel même si c'est paradoxale étant donné que c'est une chose de techniquement inconcevable, car personne n'y a jamais été confronté. Personne dans le monde des profanes tout du moins, car auprès des exorcistes, l'on raconte une période datant désormais de plus de mille ans où l'idée même du néant était la vie quotidienne de quelques mages exceptionnels.

    Read through people, books and paintings [PV: Lewis, Amon] Picsar33

    L'ÂGE MORT

    Dans cette salle d'Art, à l'abri des regards, un jeune homme taciturne illustrait son interprétation personnelle de l'arrivée du dieu Kukulkan ou encore le grand Esprit Taemanai à l'intérieur de l'extension du territoire de l'Apocalypse.

    Teinté uniquement de nuance de noir et de blanc, il représentait la collision entre ces deux êtres transcendant l'idée même de la réalité. Amon grattait son pinceau, illuminant davantage l'arrivée de cette étoile filante, se demandant intérieurement si son émergence avait été poussé par l'idée de "sauver" les êtres emprisonnés à l'intérieur de manière désintéressée ou bien si celle-ci avait été brigué par une humeur belliqueuse face au plus grand fléau de tout les temps.

    De nombreux ouvrages en désordre se trouvaient sur une table proche de son chevalet, certains en rapport avec l'Âge mort comme "Le Son du Silence" et d'autres en rapport avec la philosophie du Néant. Ils provenaient tous des archives au sous-sol dont on peut accéder en prenant les escaliers se situant sur la porte à droite de celle de l'Atelier. Mais cela n'est pas le sujet.

    L'élève exorciste ne semblait pas avoir peur d'éventuellement abîmé ces vieux livres à cause, peut-être, des jets de peinture possibles provenant de son pinceau ou bien de tous les pots de peintures qu'il avait ouvert pour créer ce blanc particulier sur sa toile. En fait, lorsqu'il faisait parler sa créativité, il ne faisait plus attention à quoi que ce soit et devenait bordélique sans vraiment en avoir quelque chose à faire.

    Soudain, une irruption soudaine vint brusquement surprendre celui-ci à l'entente de l'ouverture de la porte d'entrée. Se retournant vivement, les yeux écarquillés, il fit face à ce qui semblait être un autre élève, voir un aîné, tandis que derrière lui un gaijin l'accompagnait.
    Dans un silence de mort, ils se fixèrent dans le blanc des yeux tandis qu'Amon commençait à rougir sans s'en rendre compte, en effet, la vision de son tableau était comparable à celle de son corps complètement nu devant ces deux-là. C'était sa psyché intérieur qui était présenté aux yeux de tous sur cette toile. Seul son mentor avait "l'autorisation" de le regarder peindre, c'est dire.

    Une brève excuse et une porte refermée débloqua la situation tandis qu'Amon reprit ses esprits, fronçant les sourcils face à ce manque formel d'éducation. (Quel culot.) Mais il n'était pas au bout de ses peines, presque aussitôt, la porte se rouvrit de nouveau avant que le garçon ne présente son problème.

    - "Bordel mais tu sais pas ce que c'est de TOQUER ?!" Protestait-il avant d'écouter ce qu'il avait à dire. Fronçant toujours autant ses sourcils en fixant ses yeux émeraudes, il prit un temps de pause avant de détourner le regard, croisant ses bras pour démontrer son mécontentement il s'exclama alors...

    - "...J'en. Sais. Foutre. Rien."




    Amon Hakamori
    https://www.jjk-rpg.com/t97-thoughts-in-the-mist-amon-hakamori-terminee
    Lewis Crown
    Élève de Tokyo
    Rang :
    1
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Messages :
    8
    Ryos :
    1300
    Fragments d'Emotions :
    0
    Élève de Tokyo
    Sam 11 Mai - 23:32




    titre rp kdjdjd  







    Ilexhibait une serviabilité surpassant ses apparences. Lewis, à l'insu de son guide, se permit de discrètement évaluer la mesure de l'énergie ésotérique de celui-ci, mettant en lumière surtout son pouvoir occulte. Malgré son incapacité à attribuer une valeur précise à partir de la réserve de l'élève de Nagoya, il estima qu'elle se situait entre le rang 3 et le rang 2. Cette constatation était assez déroutante compte tenu du potentiel occulte évident de cette personne. Évidemment, Lewis s'abstint de formuler la moindre observation, sachant que les individus n'apprécient guère que l'on pénètre dans le fonctionnement de leur pouvoir.  En réalité, lui non plus n'aurait pas apprécié. Cependant, sa curiosité maladive l'incitait irrémédiablement à poursuivre. Une illustration flagrante de cette curiosité était sa présence en ces lieux, cherchant des informations sur l'âge mort. Il était manifeste que le britannique utilisait habilement sa perception de l'énergie occulte pour recueillir des informations captivantes sur les individus qu'il rencontrait, et l'élève de Nagoya ne faisait pas exception. Effectivement, c'est une attitude quelque peu intrusive de sa part.

    Image

    (Celui-là n'a pas l'air dans son assiette…)


    Il demeurait impassible devant l'altercation qui éclata entre les deux élèves. Lewis ignorait quelle attitude adopter dans ce genre de situation, d'autant plus que la question ne semblait pas lui être adressée. Pourtant, il était habitué aux conversations assez musclées auxquelles il était parfois confronté, avec des questions sur ce qu'il recherchait dans tel ou tel lieu, des situations qui ne se seraient jamais produites s'il était japonais. Tout cela, malgré ses efforts pour dissimuler son accent, Lewis pouvait lire beaucoup de choses à travers le regard du "peintre" : "C'est qui ce gars-là ?" Cependant, il détourna le regard pour s'attarder sur les créations de ce dernier. Une représentation que Lewis ne saurait décrire avec exactitude en raison de l'angle de vue où il se trouvait. Le désordre qui régnait dans cette pièce lui rappelait sa chambre : pas de tapis, juste des mauvais textes raturés qui recouvraient le sol.

    La vision du jeune homme traversa les quatre murs de la pièce, cherchant une quelconque bibliothèque, en vain. Rien ne semblait éveiller son intérêt dans cet espace confiné. Pourtant, une révélation le frappa quand son regard se posa sur un ouvrage qui, grâce à un fragment de titre visible à distance, sembla lui murmurer des souvenirs lointains. Loin d’être un maniaque de la propreté, il ne voyait pas l'intérêt de placer ce genre de livre à proximité du chevalet où la peinture n'avait pas encore complètement séché. Peut-être se faisait-il des idées, et ce livre n'était peut-être pas du tout sur l'âge mort. Ce qui aurait été plus logique étant donné le peu d'importance que le maître des lieux semblait lui accorder. L'altercation aurait peut-être suivi son cours, mais Lewis interrompit son élan avec une question.

    Image

    Tu permet que je jette un coup d'œil sur le livre derrière toi? Le son du silence.


    Le simple fait que Lewis prête attention à ce livre témoignait de son intérêt pour son contenu. Par analogie, il prétendait pouvoir déchiffrer les inscriptions qu'il renfermait. L'âge mort justifiait bien son nom, car peu de personnes savaient lire cette langue, même parmi les Japonais. Ainsi, qu'un étranger puisse la lire semblait impensable. Ces suppositions étaient encore en suspens ; peut-être cherchait-il simplement à engager la conversation et à détendre un peu l'atmosphère.




    Lewis Crown
    Yuichi Kotaro
    Élève de Nagoya
    Rang :
    3
    PI Investis :
    0
    PI Restants :
    0
    Description Brève :
    "Arrête de m'appeler Yuyu."

    - (trop) sérieux
    - 1m84
    - dort et mange très peu
    - déteste les mensonges
    - pas drôle du tout
    - a du mal à faire le deuil de sa sœur aînée
    Messages :
    30
    Ryos :
    3750
    Fragments d'Emotions :
    0
    Localisation :
    Kanto
    Élève de Nagoya
    Mar 21 Mai - 17:19


    Read through people,
    books and paintings
    « breaking in »
    Le premier contact était visiblement mal passé. Et pour cause, l'autre étudiant n'avait guère apprécié cette intrusion soudaine qui, honnêtement était parfaitement compréhensible. L'odeur fraîche des pigments de peinture qui emplissait la salle laissait penser que l'artiste était en pleine création, ce qui nécessitait une certaine forme de concentration facilement dérangée par l'apparition d'indésirables. A vrai dire, il avait profité de sa première erreur - qui avait été de ne pas frapper avant d'ouvrir - pour se permettre d'entrer et d'entamer une discussion, puisque la faute avait déjà été commise. Une deuxième erreur, à vrai dire. Yuichi prit un air peut-être un peu trop solennel pour la légèreté de la situation et lui répondre le plus sérieusement du monde.

    "Etant donné que tu savais déjà qu'on était là, il m'a semblé inutile de le faire. Mais tu as raison c'était assez malvenu de ma part, désolé."

    Trois excuses en moins de cinq minutes, mais pour le bien des relations entre les éléments de Nagoya... Il n'était pas sensible au point d'être heurté par l'animosité d'un confrère, aussi haussa-t-il simplement des épaules lorsqu'il reçu une réponse négative très peu polie de la part de son interlocuteur concernant la recherche de la fameuse salle des Archives, exprimant silencieusement un bref tant pis. Mais le Gaijin ne semblait pas vouloir en rester là, pas dérangé le moins du monde par la conversation plutôt acariâtre qui s'était déroulée devant lui (peut-être n'avait-il pas compris tout ce qui s'était dit), intrigué par les livres trônant sur une table adjacente. Si Yuichi pouvait se sentir intrusif en l'instant présent, l'autre l'accompagnant ne partageait pas du tout son état d'esprit, ou alors il l'ignorait sciemment. Une qualité facilement retrouvable chez la plupart des Gaijin qui leur permettait une intégration plus facile, sans doute.

    Plusieurs vieux ouvrages reposaient à proximité de l'artiste, tous plus ou moins épais et surtout du type à dormir sur les étagères de la bibliothèque des Kamo. Ainsi il n'avait aucune idée d'où se trouvait cette fameuse pièce... La quantité de livres présente laissait penser à un emprunt temporaire, et quand bien même ils lui auraient appartenu à tout hasard, en avoir autant sur ces sujets précis ferait de lui quelqu'un d'assez intéressé pour connaître l'emplacement de la salle des Archives. "...Dis donc, toi..." Croisant les bras, il jette un regard sévère dans la direction de son compère, comme prêt à le sermonner. Feindre l'ignorance était certes le moyen le plus simple d'éviter à avoir à s'impliquer dans une situation, mais cela n'en restait pas moins une forme de malhonnêteté très peu appréciée par l'exorciste de Nagoya.

    L'existence d'un atelier de peinture au sein de l'académie n'avait en soit rien de très surprenant, et en tant qu'étudiant lui-même, il jugeait être dans son droit d'imposer sa présence quand bien même cela ne plaisait pas à tous. Les sourcils toujours froncés, son regard ne put s'empêcher de divaguer vers la toile juste devant lui qui attirait facilement l'œil alors qu'il s'avançait dans la pièce. Un mélange de textures entremêlées monochrome assez impressionnant. Il n'était pas particulièrement connaisseur en art, mais il savait très certainement l'apprécier, les traditions Kyotoites ayant forgées la personne qu'il était devenu. "Sacré coup de pinceau", s'entend-il murmurer. Son menton vint reposer entre ses doigts tandis qu'il analysait les traits du tableau, lui permettant de créer sa propre interprétation. Ses yeux passent du chevalet à la table, laissant deviner à une certaine source d'inspiration. Quelque chose qui avait visiblement très intéressé le Tokyoite, obnubilé par le livre intitulé Le son du silence.

    Prenant légèrement du recul, Yuichi observait ses deux collègues exorcistes interagir sur un sujet rarement évoqué au quotidien. "En voilà des occupations particulières." Plus intéressant que particulier à vrai dire, sûrement ceux-ci avaient de quoi éveiller sa curiosité en creusant un peu plus sur leur personne. Surtout que d'après ses connaissances et la réputation des Tokyoites, ceux-ci ne se préoccupaient que rarement de choses aussi profondes lorsqu'ils n'étaient pas en train de vaquer à d'autres activités plus frivoles.
    Yuichi



    Yuichi Kotaro
    https://www.jjk-rpg.com/t38-yuichi-kotaro-yuyu-pour-les-intimes-100
    Contenu sponsorisé
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

    Sauter vers: